Le Web à 15 ans.

15 ans c'est l'âge qu'a eu le Web il y a 6 jours. Pas encore majeur, le joujou de millions d'internaute n'a rien d'un petit. En effet il fut créé durant l'année 1991 par un chercher qui mis en place le protocole World Wide Web dans le but de faciliter la circulation d'information, et autant dire tout de suite qu'aujourd'hui sa tâche première est amplement accomplite bien que certaines lois (DADVI) viennent compremettre sa mission.
Mais attention, le Web tel qu'on le connait aujourd'hui, c'est à dire à travers un navigateur qui permet de traduire des milliers de commandes en ce que vous voyez à l'instant, n'apparait qu'en 1993 avec le premier navigateur intitulé Mozaic.

Depuis le net a fait son bout de chemin, avec l'apparition pour ne citer que du plus important: du p2p, du blog, du forum, chat... Tout celà facilité par l'arriver de nouvelles technologies comme l'ADSL qui a conquit presque la totalité des foyers français.

Pour ce qui est des chiffres le web c'est:
Fin 1993 : on compte 623 sites web.
Juin 1994 : ils sont 2738...
Décembre 1994 : plus de 10000 !
1998 : ils sont 2 000 000 !!
Aujourd’hui : 90 000 000 !!!

Quelle belle invention, mais aujourd'hui le web voit naitre, en même temps que sa célèbrité, des problèmes comme celui du p2p ou encore l'atteinte à la liberté ou plus dangereux: la pédophilie...



David Hasselhoff - Hooked on a Feeling

J'ai appris recement que cet homme fait parti des célèbrités les plus recherchés sur le net, et je me suis demandé pour quel raison obscure, ceci était le cas.
Je me rappelais très bien de lui dans Alerte à Malibu ou dans K2000, et je pouvais affirmer qu'aucun homme avait autant la classe que lui, mais de là à être ultra recherché sur le net ...
Et j'ai trouvé cette vidéo que j'avais déjà vu, mais voilà qu'en la revoyant je me dis que véritablement cet homme mérite son status de maitre du web.



Orange County

Synopsis:
Dans le comté d'Orange, en Californie, Shaun Brumder est un lycéen, qui, à la lecture d'un livre bouleversant, se découvre une vocation d'écrivain. Il tente alors d'accéder à la prestigieuse université de Stanford.

Critique:
Rassurez-vous, il ne s'agit pas de la série pour fille prébubère, plus connu sous le nom de The O.C mais c'est bel et bien un film et je dirais même plus une comédie très appréciable. Déjà ce qui m'a donné envie de revoir ce petit film, c'est que j'en est parlé et donc ca m'a profondement envie de le revoir d'autant plus qu'il m'avait laissé une très bonne impression.
Et je vous le confirme, mon point de vue n'a pas changé, enfin si mais en mieux parceque j'ai pris une petite culture cinématographique. Alors outre la réalisation parfois maladroite, trop MTV (normal c'est MTV qui a produit), on est dans une véritable comédie qui vise plus haut que le simple rire. Mais ne vous détrompez pas, on rigole, et même bien plus que certaines grosses comédies qui n'ont pour ambition que celà.
Ainsi le comique passe d'abord par les acteurs, on peut donc citer en première ligne le célèbre Jack Black (King-Kong, Envy) son interprétation est magique, je l'ai adoré, pas du tout surjoué, le réalisateur lui a confié un rôle pas facile et il s'en sort avec les honneurs. Pour rester du côté des acteurs, on ne peut que signaler la performance très appréciable du héro: Colin Hanks et la moins bonne de Schuyler Fisk, pourtant vous connaissez mon admiration pour elle, mais dans le film elle est pas magistrale, je la préfère derrière sa guitare que devant la caméra. Celà me laisse un mauvais sentiments pour son prochain film qui m'a l'air dans la même ligné que celui-là.
Enfin bon pour l'histoire, celle-ci peut être comparé au très grand, le MAGNIFIQUE Garden State de Zach Braff. En effet le personnage est certes moins developpé que Andrew dans Garden State mais ca façon qu'il a d'être détaché du monde ou sa volonté de se chercher le rapproche beaucoup de Andrew. Néanmoins pour ce qui est de la copine, elle a beaucoup moins de carrure que Sam de Garden State, dommage !
De plus, il ne serait pas résonnable d'oublier de mentionner la Bande Son qui est plutôt bonne. Elle reflète très bien l'esprit du film: adolescence, rock, surf, insouciance... Ainsi on retrouve les classiques très Alternatifs de la musique des campus américains.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Film simple, amusant, efficace, qui propose une petite réflexion très bien faite sur l'importance de ses souches. Voilà un teen-movie qui ne tourne pas autour du sexe et qui cherche peut-être plus à toucher le téléspectateur. Il en est donc facile de s'identifier au héro, donc le film fonctionne, enfin pour moi ca a plus ou moins marcher puisque j'ai rigolé aux éclats, j'ai souris, j'étais triste, je ne me suis pas ennuyé quoi !
Dans la ligné d'un Garden State peut-être moins profond mais plus accéssible !



La Guerre Des Boutons

Synopsis:
Deux villages, Longeverne et Velrans, sont en guerre. C'est la guerre que mènent chaque année les écoliers des deux communes. Quand la troupe de Longeverne commandée par le grand Lebrac fait un prisonnier, on soustrait à ce dernier tous ses boutons. Cette méthode remporte un franc succès, à tel point que les troupes pour éviter cette extrême humiliation se mettent à combattre nues.

Critique:
Qui ne connait pas ce classique? Une merveille de comédie bien à la Française.
Comment ne pas citer la phrase culte de Tigibus: "Si j'aurais su, j'aurais pas vnu", et bien moi si j'aurais su, j'aurais regardé le film plus tôt, parcequ'il est poilant à mourrir. Je sais que dans ma jeunesse, je l'avais déjà vu mais je ne me rappelais pas à quel point les dialogues étaient poilants voici un petit florilège:
"Dans la vie le chef, c'est celui qui a le plus grand zizi"
"Si j'aurais su, j'aurais pas vnu"
"Le calva a jamais fait de mal à personne, avec ca tu vas cavaler comme un lapin"
"Mais il est rond comme un boudin"
Enfin voilà, mais donc outre les dialogues, le réalisateur a choisit une réalisation très posé. Ainsi au chiote les travelings, les effets spéciaux, les coquèteries de réalisations, on a le droit à une réalisation sobre, épurée, mais c'est ce qui rend le film tellement humain.
En ce qui concerne les jeux d'acteurs, ils sont assez surjoué au départ, mais ceci donne un certain charme, mais bizarment plus on avance dans le film, plus on a l'impression que les jeunes enfants sont impregnés de leurs rôles et ils commencent à jouer à merveille.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Yves Robert, nous pond ici un véritable Chef D'Oeuvre sur l'insouciance, la naïveté, les joies et les peines de l'enfance. Je vais donc ressortir le classique: "un film pour les petits et les grands". A revisionner à l'infini :)



My Weekly Selection [#16] (Alessandra Ambrosio, SwLLC)

Voilà, même dans l'absolu je vous offre encore My Weekly Selection. Surment moins fournit que les précédents mais je n'ai pas réellement le temps pour l'épurer et lui donner un contenu respectable.

  • Musique: Et bien Darren Hayes n'a pas réussit à me détourner de Speechwriters LLC et c'est donc toujours ce groupe qui occupe toute ma playlist et même mon portable !
  • Film : J'ai bel et bien vu la Guerre Des Boutons, la critique ne devrait pas tarder, et je pense que après l'Orange County que je viens de finir je vais me faire un petit Entretien avec un Vampire
  • Série: Futurama, cette semaine je me suis fait trois saisons, il me reste la 4ème pour la fin de la semaine après je sais pas ce que je vais pouvoir regarder... Faite moi penser à critiquer Nip/Tuck
  • Girl: Alessandra Ambrosio
  • Site/Blog: Les lives de Speechwriters LLC
  • Wallpaper: Vous mblazez !
  • TV : Rien !
  • Soirée: Oulooo, je pense que cette semaine va être moins cool au niveau soirée, parceque pwa ste smaine j'ai pas arrêté !



Chad Vader - Day Shift Manager (episode 2)

Comme je vous l'avez déjà promis précédement, je vais vous donner le second épisode de la saga Chad Vader !
Tout aussi hilarant que le premier épisode, celui-là montre un tout autre visage de Chad Vader et le rend peut-être plus humain, peut-être que ce Chad a une faille...
Trêve de plaisanterie et voilà la vidéo:



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap