Eternal sunshine of the spotless mind (Jim Carrey, Kate Winslet)

Synopsis:
Joel et Clementine ne voient plus que les mauvais côtés de leur tumultueuse histoire d'amour, au point que celle-ci fait effacer de sa mémoire toute trace de cette relation. Effondré, Joel contacte l'inventeur du procédé Lacuna, le Dr. Mierzwiak, pour qu'il extirpe également de sa mémoire tout ce qui le rattachait à Clementine. Deux techniciens, Stan et Patrick, s'installent à son domicile et se mettent à l'oeuvre, en présence de la secrétaire, Mary. Les souvenirs commencent à défiler dans la tête de Joel, des plus récents aux plus anciens, et s'envolent un à un, à jamais. Mais en remontant le fil du temps, Joel redécouvre ce qu'il aimait depuis toujours en Clementine - l'inaltérable magie d'un amour dont rien au monde ne devrait le priver. Luttant de toutes ses forces pour préserver ce trésor, il engage alors une bataille de la dernière chance contre Lacuna...

Critique:
Déjà dès le scène d'intro, la première chose qui saute aux oreilles: c'est la Bande Son. Et ca ne risque pas de s'arrêter là, après mon promier visionnage, j'avais complètement oublier l'univers musical omniprésent et si particulier du film. Personnellement comme tout le reste du film, je suis tombé amoureux de cette façon qu'a eu Michel Gondry pour utiliser sa musique, qui me semble choisit avant d'avoir filmé la scène, tellement la chanson colle à merveille avec le cadrage ou l'ambiance au moment de l'insertion.
La scène d'exposition est ce qui m'a le plus plu dans ce film, ainsi on le droit à des ingenieux plans posés, très réfléchis, tout à fait sobre. Tout comme l'interprétation de Jim Carrey qui reste dans la sobriété et oublie ses grimaces ou autres pitreries. Ainsi il participe grandement au côté timoré, ou envoutant du film en prenant peut-être un visage plus sombre, mais qui me plait profondement.
En effet, le début est une merveille, fantastiquement hilarant, qui ne puise pas son humour dans les dialogues ou singeries mais sur l'ambiance sur le jeu de Jim Carrey qui joue tellement bien le mec mal à l'aise que ca en devient époustouflement drôle ! Vous l'aurez donc compris le début du film est sous l'astre de l'humour décalé.
Le rôle de Kate Winslet me fait étrangement penser à celui de Natalie Portman dans Garden State, très ouverte, très extravertie, et très vite embarrassée non pas par la personne en face mais par elle même. Elles ont les même flots de paroles, les mêmes petites mimiques.
Les plans sont astucieux, presque inovants. Vraiment j'aime cette façon posé et très timide qu'à Gondry de tourner, et de mettre en scène ces deux acteurs hors du commun
La palette d'acteur sécondaire qu'utilise Gondry est exeptionnel on voit ainsi Kirsten Dunst, Mark Ruffalo, ou encore Elijah Wood.

Mais le film n'est pas une simple histoire d'amour, puisque dès la scène d'exposition terminé, on tombe presque dans un thriller, on le ressent avec une réalisation qui devient plus nerveuse. L'action se met en place, mais nous nous restons son jouet. On est simplement placé dans la même situation que le héro qui ne sait plus du tout où il en est !
Véritable poursuite pour sauver ses souvenirs. Ce qui en fait plus ou moins une réflexion sur l'importance de tous les souvenirs, qu'ils soient bons ou bien mauvais. Il y a aussi une réflexion sur le fait qu'il est impossible d'aller contre sa nature, contre son amour.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Vous l'aurez compris, c'est un de mes films préférés.
Vraiment ce film m'a pris au trippe, magnifique conte de fée. Une histoire si touchante et le tout étant jouée par des acteurs qui se surpassent et dirigée par le français Gondry.
Eternal Sunshine Of The Spotless Mind s'avère être la plus belle histoire d'amour dans un film de science fiction :)
Un film qu'il faut ABSOLUMENT avoir vu. Enfin si vous trouvez ce titre bizard et que vous souhaitez en connaitre l'origine il suffit de regarder le film, en vo :)



Un Ticket Pour L'espace !

Synopsis:
Face à l'incompréhension de la population française quant au montant des crédits alloués à la recherche spatiale, le gouvernement lance une vaste opération de communication. En partenariat avec le Centre spatial français, un grand jeu est organisé.
"Le ticket pour l'espace", un jeu à gratter, va permettre à deux civils de séjourner dans la station orbitale européenne, en compagnie d'un équipage professionnel. L'opération est un immense succès. Tout se passe bien, jusqu'à ce que l'un des deux gagnants prenne la station en otage...

Critique:
Je m'excuse du nombre limité de mise à jour mais en ce moment internet devient très dure à consulter pour moi, entre le travail, les sorties etc etc !
Mais malgré tout celà, j'ai comme même eux le temps de me regarder Un Ticket Pour L'espace. Pour ceux qui n'ont aucunes idées de ce que ca peut-être , on peut le comparer directement à Pamela Rose.
En effet, il y a le même humour, extrèmement lourd dingue, les mêmes acteurs. Autant dire tout de suite qu'il faut aimer ce genre d'humour assez lourd, et très décalé, pour moi ca fonctionne complètement, mais je pense que ca peut vite rebuter si on accroche pas.
Pour moi, ce qui m'a le plus énervé, c'est le jeux surjoué de Marina Foïs qui devient ennuyeux, et surtout superflux.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Petite comédie, qui mérite presque d'être vu, j'en est un assez bon souvenir sans que celui-ci soit de la taille d'un Breakfast Club, on se jauge durant tout le film, et les gags s'enchainent mais n'arrivent pas à décoller et à soutirer des rires !
Voilà, c'est certain on ne s'ennuie pas durant les 1h30 du film, donc si vous aimez Kad et Olivier n'hésiter pas !



Speechwriters LLC - Mixtape 2005

Critique:
Comme tout le monde le sait je suis véritablement fan de Speechwriters LLC, et après le Mixtape 2003, je me suis attaqué au 2005 pour continuer ma découverte du groupe totalement atypique. Alors je vous avais déjà confirmer que le 2003 était énormissime, et le 2005 reste dans le même style, le même esprit, certes ce nouveau cru est moins consistant au niveau du nombre de tracks, on peut en dénombrer seulement 9, d'autant plus que certaines sont déjà présentes dans le 2003, mais vu que les chansons qu'ils offrents gratuitements sont en live, on a le droit à une nouvelle version de celles-ci.
Parmis ces tracks déjà présentes dans le précédent mixtape on retrouve Acetate, Beach Song et Blood On The Frets. C'est pour ça que je ne m'attarderais pas sur ces chansons, néanmoins je vais me concentrer et centrer ma critique sur les nouvelles chansons qui sont tout à fait exceptionnelles (pas besoin de le dire c'est vrai.)
D'abord, la chanson qui saute au oreille dès la première écoute, c'est Dear Liz, qui met en avant le talent de guitariste mèlé à des percusions et à la voix tellement envoutante du chanson. On la classera dans le genre Ballade, mais alors quelle ballade. Déjà on reste dans le même style avec une mélodie efficace et des parole presque parler comme un rap, mais le point fort de la chanson, c'est le refrain auquel on accroche directement. On a toujours le droit à une écriture péssimiste qui me plait tend: "If you can see me try not to scream because", "Dear Liz, come back to California and save me", j'adore littéralement cette expression si facile et pourtant si difficile à trouver...
Ensuite, il y a Naked and Stoned, elle me plait autant que le titre :), ici pareil l'écriture est mélancolique, mais la chanson est surment la plus triste du groupe, plus chanter que les précédentes. J'ai trop du mal à décrire ce que peut représenter ce groupe et ces chansons pour moi, que mon article en devient pitoyablement inéfficace, mais l'intêret est de vous donnez envie d'écouter et rien d'autre.
Je vais donc m'arrêter là, car c'est honteux d'écrire un article aussi mauvais sur un groupe aussi violement bon, c'est pourquoi je finirais en disant que ce mixtape contient I'm Yours vous savez le duo avec Jason Mraz qui m'a tend plus ! Voilà !

Conclusion:
Difficile de faire une critique potable sur ce mixtape, car il comporte peu de nouveautés, mais celles-ci sont tellement fortes que les mots ne sortent pas !
Je concluerais donc simplement en vous forçant à le télécharger et à l'écouter, d'autant plus que c'est gratuit et légal !



The Descent

Synopsis:
En plein milieu du massif des Appalaches, six jeunes femmes se donnent rendez-vous pour une expédition spéléologique.
Soudain, un éboulement bloque le chemin du retour. Alors qu'elles tentent de trouver une autre issue, elles réalisent qu'elles ne sont pas seules. Quelque chose est là, sous terre, avec elles... Quelque chose de terriblement dangereux décidé à les traquer une à une...

Critique:
Vraiment prenant ce film. Premièrement parceque c'est bien la première fois que je sursaute autant devant un film, à l'accoutumer dans les films de se genre dès qu'il va y avoir le "méchant" ou le monstre on a le droit à une chanson stressante qui t'annonce tout de suite qu'il va falloir sursauter alors l'effet est amoindrit. Mais alors là, on a le droit à un film dénué de toutes bandes originales avec comme seules chansons de fonds des hurlements.
Le lieu est bien choisit, un lieux sombre dont on ne peut pas sortir ca permet forcément le stresse. D'autant plus que je suis un peu claustro donc même au début j'était à crant alors qu'il n'y avait encore aucune manifestation de monstre. Et puis après, c'est horrible.
Mais le film ne s'arrête pas seulement à un enchevetrement d'éjaculation de sang, mais on a aussi le droit à une ambiance bien à part, dû en grande partie au lieu où la scène se déroule: une grotte, on ne peut ainsi pas en sortir, personne n'entends. Ignoble.
La façon qu'a eu Neil Marshall (Dog Soldiers) de nous filmer les scènes est d'autant plus stressante et envoutante qu'on est sans cesse ballotter, ce qui nous donne une impression d'impuissance totale face à cette grotte qui s'avère plus monstrueuse que les monstres qui y habitent !

Conclusion:
Vraiment les films d'horreurs n'ont jamais été aussi bons après La Colline à des Yeux, j'ai pu apprécier ce bon petit film. La Colline est peut-être moins stressante, mais elle est plus gore, j'ai préféré la grotte car m'a plus remué au fond de moi car j'ai complètement peur des endroits confinés, ça doit venir de ma naissance !



Bonjour les Vacances (Vacation)

Synopsis:
C'est l'été,Clarck et Ellen Griswold décident d'emmener leur petite famille en voyage à travers l'Amérique, à destination du mythique parc d'attraction de Walley World.Une expédition plutôt fantaisiste pour ce couple d'Américains moyens très respectueux des valeurs traditionnelles. Malgré tout le soin apporté aux préparatifs, cette aventure menée par Clarck tourne au cauchemar, la route leur réservant bien des surprises.

Critique:
Je m'étais lancé le défi de voir tous les John Hughes ante 90's. J'ai donc fini toutes ses réalisations, et là je me fais tous ses scénarii, après Rose Bonbon je m'attaque donc à Vacation où John Hughes a signé l'histoire et le screenplay.
Comme toutes bonnes comédies de 80's, on a le droit à une bande son très rock, très 80's avec des titres plus que culte "I know, I know I know I WANT YOU" !
Bien sur on a aussi le droit à des acteurs mitiques comme Chevy Chase ou encore Anthony Michael Hall qui n'est pas à sa première collaboration avec le grand John notamment dans Sixteen Candles ou Breakfast Club.
Dans cette comédie on retrouve les thèmes chers à mon réalisateur préféré comme la famille, le voyage ou encore la drogue douce, presque présente dans tous ses longs métrages (étrange !) d'autant plus que la totalité son destiné à un public jeune !

Conclusion:
L'histoire est amusante, les gags sont omniprésents mais comme pour Rose Bonbon il manque quelques choses peut-être la patte de John Hughes... Enfin bon le film m'a plus fait penser à un téléfilm plutôt qu'à un long métrage, alors même si on ne s'ennuie pas, le scénario n'apporte rien de nouveau au genre, et on ne risuqe pas de se fendre la poire ! A voir si vous êtes fans des comédies 80's comme moi autrement préféré les titres cités précédements.



A Lot Like Love - Soundtrack

1. Semi-Charmed Life - Third Eye Blind
2. Walkin' on the Sun - Smash Mouth
3. Save Tonight - Eagle-Eye Cherry
4. Mint Car - Cure
5. Mad About You - Hooverphonic
6. Trouble - Ray Lamontagne
7. Know Nothing - Travis
8. If You Leave Me Now - Chicago
9. Brighter Than Sunshine - Aqualung
10. Hands of Time - Groove Armada
11. Look What You've Done - Jet
12. Breathe (2 Am) - Anna Nalick
13. Maybe It's Just Me - Butch Walker

Critique:
Je ne devrait rien avoir à dire, il suffit de regarder les artistes pour se rendre compte de la qualité de cette soundtrack. On passe ainsi de Anna Nalick à Jet sans même que celà Trouble ohoh ! . Puis comment rester insensible à Aqualung et son Brighter Than Sunshine qui est surment une des chansons clés de l'album et du film.
Mais à ne pas oublier que comme Garden State, A Lot Like Love a su les intégrer naturellement sans que les chansons fassent trop artificielles et l'insertion trop zellé ! Seul point noir pour Look What You've Done qui lui est utilisé en entier du début à la fin pour essayer de forcer le pathos qui aurait du rester au vestiaire pour un film comme celà !
Ensuite on retrouve Eagle-Eye Cherry toujours au top avec Save Tonight.
Vous aurez compris que la B.O est tout à fait magnifique !

Conclusion:
Une Soundtrack à l'image du film, très rythmé, mais qui manque un peu de personnalité, certes il s'agit d'une compile de tubes en pagailles, mais on aurait aimé comme pour Garden State une Bande Originale peut-être plus intimiste. Mais tout ceci ne lui enlève pas sa classe et son efficacité !



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap