Chad Vader - Day Shift Manager (episode 1)

Voilà sur quoi je suis tombé en faisant mon tour hebdomadaire sur le célèbre youtube.com. Il s'agit d'une parodie de la guerre des étoiles et plus précisement de Dark Vador. Totalement hilarant cette petite vidéo, dans la langue de Shakespear, mérite véritablement de perdre 4min46 de sa vie...
'I can't wait for the next episode'



Holly Williams - The Ones We Never Knew

01. (03:01) Sometimes
02. (03:30) Everybody's Waiting For A Change
03. (03:50) Would You Still Have Fallen
04. (03:04) Take Me Down
05. (04:00) Between Your Lines
06. (03:40) I'll Only Break Your Heart
07. (03:49) Cheap Parades
08. (03:29) Man In The Making
09. (02:59) Memory Of Me
10. (04:16) Velvet Sounds
11. (03:04) All As It Should Be
12. (05:02) Nothing More

Crtique:
Très pop-folk, j'ai accroché presque intentanement sur les chansons efficaces et accrocheuses de l'album, je nomme ainsi Everybody's Waiting For A Change et Sometimes tout simplement merveilleuses.
Mais l'album lui est plus intimistes, plus profond que ces deux chansons ainsi on peut distinguer l'extraordinaire Nothing More incontestablement mon titre préféré, avec le tubesque Man In The Making qui possède l'un des refrains les plus entrainants que j'ai pu écouter. Mais le plus impressionnant dans cet album c'est que son instrument principal est sa voix, ainsi elle s'accompagne d'une guitare sèche, voire même d'un piano mais tous ces instruments restent sobres et ne permettent que de mettre en avant cette voix entrainante et envoutante. Parfois quelques violons apportent la petite touche finale derrière sa douce voix.
On peut donc écouter que The Ones We Never Knew de Holly Williams est plus que prometteur du fait que celui-ci est son premier opus et qu'il regorge d'une incroyable maturité pour un premier album. Les titres s'enchainent facilement et surtout on ne peut que être entrainé par sa voix douce qui au fil des titres nous séduit inévitablement.

Conclusion:
J'ai écouté l'album The Ones We Never Knew et Holly Williams possède quelque chose de rare : une voix qui touche l'âme, je crois que l'on appelle cela le talent.

Liens:
Site officiel : http://hollywilliams.com/

Des chansons sont dispo dans la radio-blog... Il y a Nothing More et Everybody's Waiting For A Change, cherchez vous trouverez :)



Docteur Folamour (Dr. Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb)

Synopsis:
Le général Jack Ripper, convaincu que les Russes ont décidé d'empoisonner l'eau potable des États-Unis, lance sur l'URSS une offensive de bombardiers B-52 en ayant pris soin d'isoler la base aérienne de Burpelson du reste du monde. Pendant ce temps, Muffley, le Président des Etats-Unis, convoque l'état-major militaire dans la salle d'opérations du Pentagone et tente de rétablir la situation.

Critique:
Je ne suis un pro de Stanley Kubrick mais lorsque l'on voit une de ses réalisations, on le reconnait direct... Son cadrage est sobre, efficace, parfait quoi !
En ce qui concerne le film et plus précisement le casting lui aussi est au poil avec notamment le Docteur Folamour hilarant dans son rôle de l'ancien nazi conditionné. Vraiment on est devant une des comédies satyriques les plus efficaces du cinéma, l'humour elle permet d'adhérer au sujet, de ne pas s'ennuyer et celà marche. Néanmoins l'humour reste rapide, presque en coup de vent pour ne pas effacer le principal: la caricature.
Ainsi le film raconte à merveille les tensions géopolitiques durant la guerre-froide et la follie d'un général paranoïaque qui décide de déclancher une guerre nucléaire en utilisant une faille du système de défense américaine, terrifiant d'autant plus que le film est d'une cohérence rare, on ne peut que se demander comment une guerre nucléaire n'a pas éclaté dans les années froides !
Rah ce film devait faire d'autant plus l'effet d'une bombe qu'il est sorti en pleine guerre froide, en pleine tension (1964).
Enfin ca me parait stupide et démesurer de réaliser une critique de quelques caractères pour commenter un chef d'oeuvre du grand Kubrick.

Conclusion:
Comédie d'un humour noir rare, avec des acteurs au top Peter Sellers et Georges Scott. On ne peut que remarquer la précision et l'efficacité de l'oeuver aussi bien dans la réalisation que dans les dialogues où tous les mots comptent et sont utiles.
On peut voir à travers cette oeuvre tout le génie de Kubrick... Dénonciation, humour noir réalisation astucieuse, tous ces ingrédients réunis et qui donne ici naissance à un monument du cinéma... Superbe!

On ne peut ne pas le voir ! Il ne faut ABSOLUMENT pas le louper !



La Folle journee de Ferris Bueller (Ferris Bueller's Day Off)

Synopsis:
Un cancre invétéré, Ferris Bueller, convaint sa petite amie et son meilleur ami hypocondriaque (dont le père a une Ferrari) de sécher les cours pour aller passer la journée à Chicago. Pendant qu'ils font les 400 coups dans la grande ville, le proviseur et la soeur de Ferris tente, chacun de leurs côtés, de prouver aux parents que leur fils est un cancre et qu'il a séché.

Critique:
Souvent qualifié comme le tout meilleur film de John Hughes, cette petite merveille vous permet de rigoler non-stop durant les 1h30 du film. Bien évidemment John Hughes pose sa marque de fabrication avec une intro bien Hughesque notamment avec une chanson plutôt rock, et un sujet très adolescent.
Surment précurseur des teenmovies, celui-ci évite évidemment les niaiseries, mais pourtant utilise abondament les stéréotypes dans le but de s'en moquer. Ainsi ce film va inspirer toute une génération, j'ai pu lire qu'il est a l'origine de la série télévisuelle: "Parker Lewis".
Mais là où John Hughes est aussi bon qu'à l'accoutumer, c'est dans son Casting, ainsi en héro cancre on retrouve Matthew Broderick (Wargames, Glory, Dijoncté), il choisit Mia Sara dans le rôle de la petite copine. Mais là où il fait fort c'est dans le choix du copain coincé où il va choisir Alan Ruck et autant dire que c'est LUI le héro du film, c'est lui qui au début apporte l'humour avec ses mimiques hillarantes, mais c'est surtout lui à la fin qui donne une autre dimension au film en introduisant le pathos astucieusement. Parceque c'est sur ce point que la comédie, comme sa soeur: "Breakfast Club" ne s'arrête pas au simple gags et essaye et réussit surtout une réfléxion. Ici il s'agit de la famille ! thème récurrent chez John Hughes..

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Hillarant et Génération, c'est surment les deux adjectifs qui viennent qualifiés le film. Tout simplement magique, si vous ne l'avez pas vu, je me demande comment vous pouvez encore prétendre à regarder une comédie :).
Attention, dès que l'on a vu ce film toutes les autres comédies paraissent fades et ininteressantes !



Impressionnant !

Le type que vous venez de voir réalise un 720° et enchaine avec un dunk, c'est tout simplement irréalisable, mais cet homme l'a fait !
Pour ceux qui connaissent, il s'agit bien évidement d'un type qui participe au And1 Mixtape...



The Last Kiss Soundtrack.

Je vous annoncais précédement la liste des artistes qui se retrouveront dans la Bande Originale du prochaine film de Zach Braff : The Last Kiss..
Mais aujourd'hui est un autre jour et je vous propose donc quelques titres en direct download:


Snow Patrol - Chocolate

Ray LaMontagne - Hold You in my Arms

Imogen Heap - Hide and Seek

Fiona Apple - Paper Bag

Rachel Yamagata - The Reason Why

Cary Brothers - Ride

Remy Zero - Prophecy

A écouter de toute manière !



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap