Before Sunset

Synopsis:
Neuf ans auparavant, Jesse et Céline se sont rencontrés par hasard à Vienne, et ont passé une nuit ensemble dans les rues désertes de la ville. En se séparant, quatorze heures plus tard, ils s'étaient promis de se revoir six mois après. Aujourd'hui, il se retrouvent à Paris alors que Jesse est venu présenter son nouveau roman. Ils passent l'après-midi ensemble dans des cafés, des parcs et sur les quais de la Seine, retrouvant instantanément leur ancienne complicité. Comme lors de leur première rencontre, ils ont énormément de choses à se raconter...

Critique:
Surment une des plus grandes histoires d'amour du cinéma. Le film la retranscrit à merveille, et ce qui parait le plus étonnant c'est que le film repose uniquement sur une discution, une retrouvaille, et le réalisateur nous met entre les deux on se sentirait presque mal à l'aise, presque voyeur... Mais au fur et à mesure que le film avance on est dedans et pourtant il n'y a pas un pète d'action mais, on est pris dans le fleau de parole, dans une discution qui est à la fois profonde et quelques fois philosophique et à la fois légère et amicale.
Bien évidement, la scène se passe en plein Paris, la ville du romantisme :). Et l'actrice elle même est une chère Française avec un jolie accent... Néanmoins Paris n'est qu'un simple décor, le film se concentre plus sur les deux personnages qui sont tout le temps au premier plan et qui durant 1h20 nous captivent uniquement par la parole, merveilleux !
Ensuite pour ce qui est des acteurs, on retrouve Ethan Hawke et Julie Delpy qui forme le couple le plus cosmopolite et le plus romantique de ce XXIème siècle !
Donc ainsi on assiste à une simple discution de retrouvaille durant trois bon quarts d'heure et ensuite tout s'enchaine, tout s'accélère, la discution devient plus dure, plus intense et toujours avec une simplicité de réalisation on se retrouve entre deux êtres qui s'aiment d'un amour incomensurable !
Et aussi étonnant que ca puisse paraitre cette manifestation de l'amour n'est retranscrit uniquement par la parole et il n'y a jamais de contact physique, ce qui donne une tout autre dimension à leur amour qui n'est alors pas qu'une simple attirance physique, et hormonale.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Une fable merveilleuse aussi naïve que belle, le film ne manquera pas de vous faire sourir même rire (la scène où elle dit "say stop") et il vous fera certainement réfléchir, que ce soit sur l'amour où d'autres sujets...
A ne pas manquer sous aucun prétexte surtout que le film est plutôt court 1h20 et je vous assure qu'on ne le vois pas passer ce temps...



Hooligans (Elijah Wood)

Synopsis:
Renvoyé de la prestigieuse université de Harvard pour un délit qu'il n'a pas commis, Matt Buckner part se faire oublier chez sa soeur en Angleterre. Là-bas, il découvre la fièvre qu'engendre le football, et surtout les groupes de supporters qui défendent l'image et la réputation de leur club comme une religion.
Sensible à l'esprit de camaraderie et à cette volonté d'absolu, Matt se laisse entraîner, mais prend aussi peu à peu conscience des coulisses d'un sport dont les joueurs sont les seigneurs et les fans les mercenaires... Ces cercles très fermés sont prêts à tout pour renforcer leur réputation et asseoir leur suprématie. La compétition ne se déroule pas que sur les stades, et entre ces groupes extrêmes, il n'y a jamais d'arbitre.
Face à sa conscience et son passé qui le rattrape, Matt va devoir choisir ses règles du jeu...

Critique:
Le film est à la fois décevant mais aussi très apréciable. On peut donc diviser le film en deux. Mais ce qui importe maintenant tout de suite à l'instant c'est le casting qui est fabuleux, déjà puisque l'on a une fille au commande ce qui est plutôt rare dans ce genre de film. Les filles préférants réalisées des films plus romantiques ou plus humoristique, là on est en pleines actions et il faut dire que sa réalisation survitaminée est interressante, d'autant plus qu'elle n'est pas forcement stressante au contraire de Mickael Bay dans The Island. Le casting plus précisement regroupe des stars d'Hollywood avec le très bon Elijah Wood (Seigneur des anneaux, Eternal Sunshine of The Spoltness Mind que du bon...); et ma petite Claire Forlani (Rencontre avec Joe Black) mais le reste du casting est certes moins connu mais est tout aussi talentueux avec notamment ces petits anglais qui surplombent leurs rôles avec Charlie Hunnam en très bon leader carismatique etc etc !
Donc la première partie du film qui est la scène d'exposition plait inévitablement, le film s'avère rythmé, interessant on est obligé de se prendre de sympathie pour les héros et mêmes les premières bastons sont un véritable plaisir...
Mais malheureusement ce bonheur ne dure que 1h puis le film change completement et laisse tomber les bonnes idées, pour se lancer dans des clichés plus gros que moi ! Alors déjà, les Hooligans sont trop gentils; mais ce qui trouble le plus c'est ce pseudo héroisme qui ne passe pas !
Heureusement le film évite la Happy-End mais avec cet deuxième partie, le film manque d'être un très très bon film et ne reste alors qu'une production hollywoodienne qui a de la personnalité. Dommage car le début m'avait tellement plu !

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
La réalisation surexitée me plait, la féminité du film ne se ressent véritablement que dans le scénario qui est trop improbable, trop gros, trop romanesque... Vraiment le film plait au premier abord, on est entrainé dans ce monde qui est nouveau pour la plupart d'entre nous, et on se plait dedans, dans cette fraternité, mais le film chutte sur la fin à cause de trop gros clichés !
Dommage, mais néanmoins il se classe pas trop mal dans le top des films de 2006 :)



Rajout dans la radioblog !

Alors voià j'ai réactualisé un peu m'a radioblog ca faisait longtemps (32jours) et j'ai rajouté quelques titres qui me tiennent à coeur... J'aurais voulu rajouté The Weepies et des nouvelles de Nelly Furtado mais j'ai pas pu, ça beug enfin bon j'ai pu rajouté:

Cary Brother - Honestly
J'aime bien cary brother bien que l'album soit introuvable, cary brother avait fait mal avec Blue Eyes dans la B.O de Garden State mais le groupe solo :) sait fabriquer d'autres tubes, et en voilà l'exemple...

Schuyler Fisk - Hello
J'adore et surtout j'attends son album qui promet vraiment, donc en attendant je vous file Hello le plus accrocheur de ses titres pour le moment.

Priscilla Ahn - It's Gonna Be Alright
J'aime, j'accroche, très doux, très féminin le style que je raffole en musique douce. Son album n'est toujours pas d'actualité alors on se console comme on peut avec les deux trois titres quelle propose, celui là est tellement beau que je n'ai pu résisté à l'appelle de vous le mettre à votre disposition...




Enjoy, et laissez un petit coms sur vos impressions mêmes mauvaises !



France / Espagne ; le match de la délivrance !

Hier c'était le match décisif pour la suite de la compétition, c'était la réponse de: qui va être éliminé au prochain tour par le Brésil ?
Ainsi l'espagne parti vainceur avant le début du match affrontait une équipe de France timide depuis le début de la compétition. Le match prend très vite la tournure des pronostiques puisque l'espagne a monopolisé la balle et a fini par marquer sur pénalty.
Les Français ont répliqué rapidement, pour en deuxième mi-temps passé devant et surtout faire taire toutes les mauvaises paroles sur Zidou !

Je dirais victoire méritée objectivement, certes les espagnoles avaient le plus gros poucentage de possession mais n'a pas su approcher les cages sans ces coups de pieds... Alors qu'à l'inverse les Français ont su les attendre et avec encore trop de déchets ont pu être plus réaliste et surtout plus dangereux.
Le prochain match s'est donc samedi contre le Brésil de (G)Ronaldo. Par conséquent la France part encore méga outsider mais je ne vois pas comment la sélection Française ne pourrait pas faire une nouvelle surprise ! A si j'avais oublié il faudrait que Henry est plus de ballon parceque hier c'est pas avec ses 9 balles hors-jeux qu'il a reçu qu'il peut nous faire vibrer !



Tristan Prettyman - Twentythree

Je vous avais promis l'album de Tristan Prettyman et le voici sur un plateau, il suffit juste de donner un tit remerciement...
Promis l'album vaut véritablement le détour, prévilégié l'écoute de Smoke, Love Love Love, Shy That Way pour se mettre dans l'ambiance car ce sont surment les trois tubes de l'album.. > Lire la suite



Tristan Prettyman - Twentythree

01. Love Love Love 03:26
02. Always Feel This Way 02:56
03. The Story 02:56
04. Electric 02:55
05. Shy That Way 03:31
06. Please 03:10
07. Breathe 03:13
08. Songs For The Rich 03:43
09. Smoke 03:45
10. Melting 03:37
11. Simple As It Should Be 03:49

Critique:
Je l'avais depuis un baille cet album mais j'avais la flemme, d'en faire un petit post; mais aujourd'hui je me suis repris avec la réécoute de Twentythree.
Pour ceux qui ne le sauraient pas, elle est originaire de la Californie mais elle partage une particularité avec un très bon chanteur, j'ai nommé Jack Johnson celui qui était surfeur avant de démarrer une carrière de chanteur. Et bien c'est exactement ce qu'a fait aussi Tristan qui après un premier album: EP qui s'est bien écoulé, elle sort Twentythree petite merveille dans un monde de brute.
Ressemble un petit peu à la belle Rachael Yamagata aussi bien au niveau de physique que du style, très virvoltant et reposant. Elle sait bien entendu jouer de sa voix harmonieuse pour certain titre comme "Shy That Way" où elle prend des notes très hautes qui rendent la chanson particulière mais tellement jolie, d'autant plus que l'on a le droit à l'intervention d'une voix masculine qui s'associe magiquement avec sa voix...
Les rythmes, il est impropable de les renier, omniprésent ce sont eux qui font l'album entre la batterie surexité et une guitare qui se fait elle plus timide, on ne peut s'empêcher de bouger le pied au file des rythmes entrainants mais aussi tellement loverz :) !

Conclusion:
Voilà une artiste comme on les aime, discrête au niveau de sa voix, elle reste très sobre mais nous offre néanmoins des chansons douces qui plaisent dès la première écoute, mais qui ne lasse pas dès la deuxième. J'adore, j'adhère, je suis fou de cette musique !
Pour ceux qui souhaite voir à quoi ca ressemble il suffit d'aller dans ma radioblog, j'ai mis à disposition "Smoke" surment le titre le plus accrocheur de l'album.
Je ne vais pas tarder aussi à envoyer l'album sur le ftp et je vous filerais le liens !



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap