Joshua Radin - The fear you won't fall

Pardon de "polluer" mon blog de Joshua Radin mais disons que c'est l'artiste par excellence :) !
Na mais outre cela, il vient de sortir une nouvelle chanson: The fear you won't fall, que j'ai découvert en regardant le dernier épisode de Greys Anatomy, dont je suis tombé amoureux avant même que je sache que s'était lui l'auteur :) ! Puis en me rendant sur son site j'ai vu qu'il release son nouveau tube en single.

Ecoutable sur son myspace: http://www.myspace.com/joshuaradin; vraiment n'hésitez pas, écoutez la au moins une fois...

Les paroles:

"Digging a hole
And the walls are caving in
Behind me
Air's getting thin
But I'm trying
I'm breathing it
Come find me.
It hasn't felt like this before
It hasn't felt like home before you
And I know its easy to say
But it's harder to feel this way.
I miss you more than I should
Than I thought I could
Can't get my mind off of you.
I know you're scared
But I'll soon be over it
That's part of it all
Part of the beauty of falling in love with you
Is the fear you won't fall
It hasn't felt like this before
It hasn't felt like home before you
I know its easy to say
But it's harder to feel this way
I miss you more than I should
Than I thought I could
Can't get my mind off of you
And I hate the phone
But I wish you'd call
Thought being alone
Was better than..
Was better than..
And I know its easy to say
But its harder to feel this way
And I miss you more than I should
Than I thought I could
Can't get my mind off of you
Can't get my mind off of you
And I know its easy to say
But it's harder to feel this way
I miss you more than I should
Than I thought I could
Can't get my mind off of you.
And I know its easy to say
But it's harder to feel this way."

EDIT: ca y est je suis arrivé à récupérer le tube avec tant de génie que même moi je m'en étonne :) !
Mp3 dispo Joshua Radin - The fear you won't fall Click droit et enregistrer la cible sous...



Kiss kiss bang bang

Synopsis:
Harry Lockhart, voleur en fuite, se retrouve accidentellement au beau milieu d'un casting de polar Hollywoodien. Afin de préparer au mieux son rôle, il fait équipe avec un détective privé sans foi ni loi et une comédienne en herbe. Ils finiront par se retrouver impliqués dans une réelle et mystérieuse affaire de meurtre.

Critique:
Wow rare sont les comédies qui mèlent véritable rigolade avec inovations... Celles-ci en fait partie inévitablement, alors autant le dire dès le début les acteurs sont au ANGES, et sont d'un parfait que l'on se plairait presqu'à le revoir juste pour les mimiques et les répliques tordantes. Robert Downey Jr. et Val Kilmer sont à se pisser dessus alors que Michelle Monaghan est ravissante !
Les phrases resteront cultes à jamais dans ma petite mémoire mais outre celà le film innove enfin sort du lot en s'adressant directement à nous avec un décalage certain un peu à l'image de "clé de bagnole" de Baffie. Ce moquant ainsi à la fois d'Hollywood mais aussi de toute la société américaine et d'un 'american dream' trop facile.
Tout simplement magnifique d'autant plus que le film en plus d'être HILARANT, la "faute" aux dialogues, est très nettement ficelé comme un EXCELLENT polar. En effet, l'histoire tient la route, la fin déballe un peu à l'image d'un Guy Richie toute la situation et on fini surtout sur une fin avec bien entendu le petit brin d'humour :) !

Screen:

Conclusion:
En un mot (in a nutshell), ce film est une petite MERVEILLE, alliant rire, satire, moquerie, génie, et bien entendu en regroupant une triplette d'acteur au poil !
Rire assuré ! mais la pellicule ne s'arrête pas là, et en plus des fous-rire on a le droit à un belle leçon de cinéma. Merci Shane Black (scénariste, et réalisateur)



Cheaper by the dozen 2 : Treize à la douzaine 2

Synopsis:
C'est au bord du Lac Winnetka que Tom Baker et sa femme Kate emmènent leurs douze enfants pour ce qui semblent être leurs dernières vacances tous ensemble. Mais lorsque le fils ainé de Tom, Charlie, tombe amoureux d'Anne Murtaugh, c'est le début des problèmes. En effet, entre les deux pères de famille, l'entente n'est pas des plus cordiales, et il estdifficile de trouver le calme et la sérénité quand on se trouve en rivalité avec les membres d'une autre famille nombreuse ...

Critique:
Outre la belle brochette d'acteur le film en lui même ne possède pas grand interêt...
Notons néanmoins que le film a au moins la prétention de ne pas vous ennuyez une seule seconde durant les 1h24 que le "truc" comporte :) ! Non mais loin d'être "bon" le film est tout de même divertissant mais reste tout de même un peu en dessous du premier volet qui m'avait surpris, avec des gags certes préutilisés mais efficaces...
Cet opus reprend exactement le même principe en nous montrons une famille américaine PARFAITE: un vrai melting-polt !

Screens:

Conclusion
Pour les petits et les petits, ou encore les adolescentes prépubers ce film présenterait presque un petit interêt mais pour nous les vrais "hommes" ce nouveau volet ne montre qu'un cinéma formaté et sans aucune nouveauté ou même sourir à la fin !



Les stats mois de Mars !

Voila pour les curieux qui voudraient connaitre les statistiques de ce site > Lire la suite



Joshua Radin - We Were Here

Comme je suis d'une INCROYABLE gentillesse et surtout d'une INCROYABLE bonté, je me suis proposé de release le dernier album de Joshua Radin...

ICI

J'espère un petit merci !



V for Vendetta

Synopsis:
Londres, au 21ème siècle... Evey Hammond ne veut rien oublier de l'homme qui lui sauva la vie et lui permit de dominer ses peurs les plus lointaines. Mais il fut un temps où elle n'aspirait qu'à l'anonymat pour échapper à une police secrète omnipotente. Comme tous ses concitoyens, trop vite soumis, elle acceptait que son pays ait perdu son âme et se soit donné en masse au tyran Sutler et à ses partisans. Une nuit, alors que deux "gardiens de l'ordre" s'apprêtaient à la violer dans une rue déserte, Evey vit surgir son libérateur. Et rien ne fut plus comme avant. Son apprentissage commença quelques semaines plus tard sous la tutelle de "V". Evey ne connaîtrait jamais son nom et son passé, ne verrait jamais son visage atrocement brûlé et défiguré, mais elle deviendrait à la fois son unique disciple, sa seule amie et le seul amour d'une vie sans amour...

Critique:
Dès le début on nous place dans une situation indécise... On ne sait pas où l'on est ? à quelle époque? Mais très vite la scène se pose et tout en découle dans d'une façon trop naturelle pour être naturelle.
Puis ensuite, le héro arrive, tout de noir vétu et on se demande encore une fois qu'est ce que fait ce guignole qui nous empêche de plus voir Natalie Portman !
Il faudra attendre les 30 dernières minutes pour essayer de percevoir l'utilité de ce personnage...
Et c'est non pas progressivement mais brutalement que l'action s'accélère que la situation s'éclairsie "comme une équation mathématique" et on se prend réellement dans le vif du sujet, on commencerait presque à réfléchir au parôle de V. Et derrière de belle parole se cache une philosophie réellement convaincante.
Il en ressort donc un film grandit, convaincant, étonnant mais non moins très très bon! La fin du film m'aura totalement fait oublier natalie par une interprétation mais surtout par une volonté de donner des frissons au spectateur, et c'est avec succes qu'on est pris dans la tourmante de la passion, et de la révolution...
A noté que ce film fait très nettement réference à une certaine révolution française et à toute une lignée de roi avec la réference à Henry IV "La révolution vaut bien une danse" !
Les acteurs sont dignes du film, avec Natalie Portman émouvante, de par son interprétation, la gestuelle de V est milimetrée, et les méchants sont convaincants, c'est pas des méchants de pacotilles :) !
Mais c'est aussi et surtout une véritablement critique d'une société qui exploite la peur, déjà connu durant le XXème avec le régime Nazi monté au pouvoir grâce à une crise, cette fois ci le contexte est réactualisé et permet à un parti totalitariste de monter grâce à la peur du terrorisme...
Sacrément juste et peut-être prémonitoire

Screen:

Conclusion:
Un des tous meilleurs films que la cuvée 2006 nous a offert. D'une vérité et d'une perspicacité rare.
Les acteurs sont en plein milieu de leur rôle les supplantent même, sans oublier une réalisation qui permet de tenir le suspens à son plus haut stade et surtout de pouvoir jouer avec les sentiments des spectateurs avec une réference au camp de la mort...



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap