Nouvelle série prométteuse. : Weeds

Synopsis:
Dans une banlieue respectable de Los Angeles, les apparences sont parfois trompeuses. Les sales petits secrets des uns et des autres vont peu à peu se faire jour. Nancy Botwin, une mère célibataire, vend de la marijuana depuis la mort subite de son mari. C'est sa façon à elle de subvenir aux besoins de sa famille...


Critique:
C'est mon cousin qui m'a fait découvrir la série. Comme son nom l'indique: Weeds, la série tourne autour de la Beuh, mais ce qui en fait une BONNE série c'est le fait que cette dernière ne se limite pas à cela.
On pourrait la classer entre Desperate Housewives pour le coté banlieue américaine, entre Malcolm avec le petit fils qui ressemble étrangement à un dénommer Dewey.
Mais ce méli-mélo est très bien agencé, on souris, on rigole, on prend conscience tout cela dans la même série. Seul scrubs m'aura procuré cette sensation et voila une deuxième série fantasmagorique.

A éssayer de TOUTES URGENCES. Bien entendu je ne sais pas quand la diffusion sera réalisé sur les chaines francaise, mais en tout cas, les premiers épisodes sont dispos sur la mumule, dans la langue de Shakespear.



Post de deux films !

Le premier étant bien entendu celui que j'ai le plus aprécié ! Il s'agit comme vous l'aurez deviner de Underworld deuxième du nom, intitulé évolution. Autant dire tout de suite, le film n'a rien d'exceptionnel, ce deuxième opus se rapproche encore plus de la trilogie des Blades au niveau du scénario.
L'atout principal du film étant de toute évidence Kate Beckinsale qui je me demande comment elle peut marcher dans son pantalon de cuire qui lui sert plus que le préservatif sur rocko !
Quoi qu'il en soit, malgré le défaut lié à la superproduction américanisée, le film révèle au fur et à mesure des scènes d'action magnifique, et un scénario peu plosible mais attirant... C'est donc grâce à ces atouts que Underworld Evolution se place 3ème de mon classement tout de même.

Qu'est ce que j'attendais ce film. Uniquement pour voir Peter Sarsgaard (acteur de garden state) dans le rôle du méchant qui lui va si bien à la peau. Heureusement la déception n'est pas venu de l'acteur LOIN de là, mais bien de Jodie Foster et du scénario prévisible au possible. On est pris dans la vague au départ, mais ensuite on se lasse trop vite de la recherche de son enfant.
Le film en lui même est bien trop ininterressant pour que je vous le conseil, c'est pour cela que je vous souhaite tout de même de le regarder lors de sa diffusion sur les chaines Hertzienne.

Deux films dont je n'attendais pas grand chose, et qui n'ont pas été des surprises bien que Underworld Evolution soit mieux que le premier il n'en reste pas moins stéréotypé.
Ce soir j'essaye de me farcir Rencontre à elizabethtown dont je l'avoue j'espère pas mal vu le réalisateur: Crowe (Vanilla sky) et l'actrice Kirsten Dunst, mais je ne me fais pas d'illusion. On vera!



Petit Post Musical !

Bon, ca fait déjà quelque temps que je n'ai pas posté ma playlist et cette fois-ci ce ne sera pas une simple playlist batarde mais belle et bien une liste d'albums qui vaut le coup d'être écoutés et apréciés si vous avez ce genre de musique dans la peau ...


Bien entendu je ne peux réaliser ce post sans mentioné l'album qui rythme mes descentes en scooteur jusqu'à l'école, mes traversées solitaires dans ma grand-ville, mes nuits de solitudes, et mes nuits de tristesses (pas encore mais peut-être à venir).
J'ai bien évidement nommé tout haut et tout fort Imogen Heap. Ce ne serait pas résonnable de faire un post à propos de ce chef d'oeuvre, donc si vous avez le goût et la passion pour la belle anglaise, voila le lien qui récapitulera ce que vous trouverez dans l'album qu'il FAUT POSSEDER à tout prix ... ICI


Je l'avais annoncé, et c'est maintenant officiel l'album de la pretty Tristan Prettyman est magique, d'une classe californienne j'ajouterais ! Ce n'est pas simplement un simple album pop/rock californien comme il en sort par foizon toutes les nuités que le bon dieu nous offre, mais bel et bien un album plein de vie et plein de sentiment qui mérite le détour.

Dans un registre plus Rock surment Arcade Fire nous offre un dernier opus digne des précédents. Sans être trop rythmé mais n'endormant pas, le groupe jongle entre la mélodie et les rythmes entrainants sur le fils trop fin du rock qui est fatal à de nombreux artistes qui tombent de ce fil sans même s'en rendre compte. Heureusement Arcade Fire est mélodieux et magnifique comme à leur habitude

Colin Hay, oulo sa c'est du à part. Du jamais fait, du novateur, il faut accrocher mais si bon, si jouissif, comment peut-on faire une aussi bonne musique avec une simple guitare et une voie déraillé, faible, mais mélodieuse. Les scénaristes de scrubs l'avaient bien compris comme Zach Braff qui offrent à l'artistes plusieurs slots de leurs playlists respectifs.


Phantom Planet, le plus anglais des groupes californiens, a le dons d'offrir pour le coups des titres rythmés qui donne envie de bougeoilloter sur son siège. Mais l'album The Guest contient aussi des titres slowitiques, ne sont-ce pas les groupes de rocks qui font les meilleurs slow? et la preuve vivant est dispo au bout de votre doigt...


Je n'ose pas présenté ce groupe mondialement connus: les stéréophonics mais il fallait qu'il figure dans la liste :) !


The Strokes sont encore plus connus mais leur nouvel album est à la hauteur de leur réputation. On garde bien entendu la recette du succes et on remagne tout cela en offrant un opus anglais au possible :) avec cependant des titres plus explosifs qu'à l'accutumer: Juicebox! Ovni dans l'album? ou que non je dirais tentative REUSSIT à l'image de l'album. Encore merci The Strokes ! First Impressions Of Earth à posséder !


Ours - Distorted Lullabies, est un groupe que j'ai eu la chance de découvrir en osant découvrir ce que je ne connaissait pas, et loin d'être déçu c'est à mon tour d'en faire l'éloge. J'ai du mal à qualifier l'album puisque toutes les chansons sont particulières et toutes valent le détours. J'aime relativement beaucoup Drowning avec son refrain hum inqualifiable.
Site de Fans francais!

Je ne vous pousse pas à les découvrir ses petites merveilles mais pour ceux qui ont pris au moins la peine de lire gentillement mon article, et qui auront la politesse de me lacher un petit coms, il serait dommage de passer à coté de l'un d'entre eux, vu la qualité déplorable des albums qui sortent en ce moment...
Pour preuve, il suffit de regarder les gagnants des NRJ music Award, aie c'est honteux de voir ce que les francais osent écouter et aprécier, à croire que les francais n'ont pas access à ce que l'on peut appeler les "artistes".
Et à cause de ses PEDES de mercantilistes et produits d'une pure américanisation et mondialisation les VRAIES 'artistes' sont cachés par les maisons de disques qui malgré leur discours préfèrent les déchets (lorie) à l'art. C'est ce qui m'énerve le plus en ce moment puisque je découvre de plus en plus de groupe (mal)heureusement à cause du net, qui m'offre un base de donnée INFINI en matière de musique.



Lord Of War

Synopsis:
Né en Ukraine avant l'effondrement du bloc soviétique, Yuri arrive aux Etats-Unis avec ses parents. Il se fait passer pour un émigrant juif... Audacieux et fin négociateur, il se fait une place dans le trafic d'armes. Les énormes sommes d'argent qu'il gagne lui permettent aussi de conquérir celle qui l'a toujours fasciné, la belle Ava. Parallèlement à cette vie de mari et de père idéal, Yuri devient l'un des plus gros vendeurs d'armes clandestins du monde. Utilisant ses relations à l'Est, il multiplie les coups toujours plus risqués, mais parvient chaque fois à échapper à Jack Valentine, l'agent d'Interpol qui le pourchasse. Des luxueux immeubles new-yorkais aux palais des dictateurs africains, Yuri joue de plus en plus gros. Convaincu de sa chance, il poursuit sa double vie explosive, jusqu'à ce que le destin et sa conscience le rattrapent...

Critique:
C'est toujours plaisant de revoir un acteur qui figurait dans le casting de Garden State, et ce fut le cas pour Lord Of War où Ian Holm était présent.
Un film aussi poignant et plein de vérités sur un sujet d'actualité et de cruauté ne pouvait n'être qu'une réussite, et Nicolas Cage n'y est pas pour rien. Je suis encore sous le choc cosé par la balle qu'à envoyer le film dans ma petite tête. Raconter sous un fond de voie off, en rajoutant une justesse toute particulière le résultat est digne de la critique que la presse lui à accorder.

Screens: ICI


C'est donc simplement que le film se voit offrir la deuxième place de mon classement juste derrière The Proof. Un film qui est bien entendu à voir malgré que celui dure pas moins de 2h mais l'ennui n'est pas au programme.



Hier deux films pour le prix d'un (enfin non)

Hier j'ai eu le droit à deux nouveaux crus de l'année 2006 qui viennent bien entendu agrémenté ma top liste, mais que vous le sachiez tout de suite ces deux derniers non même pas pu détroner Goodbye and Goodluck et encore moins the Proof. Néanmoins ce ne fut pas deux films mauvais, paradoxal?!?

Je sais bien que j'écris mon blog dans une unique raison cathartique mais au cas où quelqu'un lierait effectivement ce post qu'il post un petit commentaire histoire que je sache l'étendu des dégats...

Le premier étant Ong Bak deuxième du nom dont il n'y a pas grand chose à dire à par que l'histoire se passe avant le premier opus, le scénario est toujours aussi lacunaire, mais les scènes de combats toujours aussi jouissifs. Je n'ai rien d'autre à ajouter à un film qui s'offre la dernière place de mon classement et qui pourtant n'est pas si mauvais. Je tiens à préciser qu'avec du recule Goodbye And Good luck ne s'avère pas si mauvais mauvais, et mérite tout de même de dominer les production thailandaise d'un dislecsique.

Attention la transition, puisque le deuxième film: In her Shoes met en scène un dislecsique :) !
Avant de m'offrir la séance, j'avais la certidue que le film allait prendre aussitôt la dernière place bien au chaud durant un moment jusqu'à ce qu'une autre comédie encore plus mauvaise prenne sa place. Mais comme beaucoup de film celui-ci offre son lot de surprise, et cette fois elles sont plaisantes.
D'abord la plastique de Cameron Diaz moultement mise en avant dans le film n'a pas pris une ride :) ! D'autant plus que le réalisateur, est loin d'être un novice, l'auteur de 8 Mile, Bad Influence, et le grand L.A confidential nous pond ici une comédie juste parfois inexacte et bourée de clichés mais on survit.
L'histoire est ultra-connu, deux soeurs qui n'ont que leurs pointures de semblable se fachent et se réconcillie, et deviennent les meilleurs amies du monde. Mais le film est quelque fois gorgé de scène d'humour, cependant trop de sentimentalisme hollywoodien.

Les deux films mériteraient de ne pas être boudés mais surment pas de payer 9€ pour eux. Le meilleur solution restant...
Il y a bien des atouts aux deux films pour ong bak s'est la scène de cassage qui finit dans le même angle que dans Kill Bill 1 ! Quant à In her shoes on peut y aller pour la performance quelques fois juste des deux actrices, où pour la plastique de Cameron Diaz au choix !



Grégoire Moulin contre l'humanité !

Il y a des gens chez qui la malchance est omniprésente, et le film illustre ce cas avec humour. Le film tien justement le milieu entre l'humour et lourd, il n'est ni dans la nanard ni dans le chef d'oeuvre. On ne rigole pas a pleine dents, mais d'un autre coté on ne s'ennui pas, c'est pourquoi c'est assez dure de réaliser la critique du film puisqu'il n'est pas mauvais mais il ne sort pas du lot.
Le film se résume à un simple enchevetrement de gags, et de malheurs qui ceci dit sont assez bien liés entre eux. Il y aura eu qu'une scène qui m'aura extirpé un rire, c'est celle du chien qui conduit, mais bon il faut voir pour comprendre...
On est loin du chef d'oeuvre mais on s'en contact et puis c'est toujours amusant.



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap