Fast Track, pointe enfin le bout de son nez !

Parmis les films que j'attends le plus pour cette année Fast Track se place tout en haut de la liste. La raison est extremement simple le casting est celui d'un rêve.
J'aurais beau vous dire que Zach Braff est la future star d'hollywood, vous me rétorquerez que ce n'est pas suffisant pour qualifier un casting de GIGANTISSIME. Mais celui-ci ne se résume pas seulement au réalisateur de Garden State, mais il encadre d'autre futures stars toutes bourrées de talent.
Je nomerais ainsi la très Sexy Amanda Peet que l'on a pu voir au coté d'Ashton Kutcher dans 7ans de séduction, ou dans mon voisin le tueur. Seulement le couple très glamour se voit offrir la réplique par Jason Bateman le héros de 'Arrested Development', mais aussi par Paul Rudd très bon dans '40 ans et toujours puceau' et j'en passe et des meilleurs.

Voila quelques photos pour vous faire saliver, déjà que je vous vois regarder amoureusement la jolie Amanda Peet...


Maintenant en ce qui concerne le réalisateur celui est totalement inconnu il n'a effectué qu'un petit film d'où une certaine crainte de ma part. Les scénaristes sont quant à eux TOTALEMENT nouveau il début et n'ont aucuns projets à leurs actifs, il seront cependant à l'origine du scénario du prochain film qui unira Ben Stiller et Jim Carrey !

C'est la prémière réapparition au cinéma pour mon Zachary Braff après Garden State, j'espère que le film sera autant aprécié que ce dernier...



The Proof

Synopsis:
La fille d'un mathématicien de génie doit surmonter le décès de son père qui souffrait également d'instabilité mentale. Elle tente d'y parvenir avec l'aide d'un ancien élève de son père qui vient chercher des preuves de son génie alors que sa soeur, qu'elle n'a pas vue depuis longtemps, débarque pour mettre de l'ordre dans les affaires du paternel.

Critique:
C'est le casting qui m'a poussé avant tout à me lancer en plein dans l'histoire, oui Jake Gyllenhaal, et Anthony Hopkins ne faisait qu'un duo plus que magnifique.
Mais très vite ce fut le scénario qui pris le déçu et je suis enroulé de force dans la mise en scène audacieuse et bien ficelé du réalisateur de Shakespear in love.
Je m'attendais à une interprétation sans faille des deux cités plus haut, mais la vraie star dans le film c'est Gwyneth Paltrow, que l'on a pu voir dans Sev7n. Je ne suis toujours pas remis de l'histoire accompagné d'un "staring" parfait, l'émotion est présente. La mise en scène nous place dans la même situation que le personnage moteur, on ne sait pas du tout ce qui est vrai où non?!? C'est brouillon? Et ben non, on est devant un chef d'oeuvre !

Pour ma part, ce film se profilait bon, mais il file extraordinaire. John Madden pour sa deuxième coopération avec Gwynethh tappe fort en ce début d'année et il se place bien évidement tout en haut de ma liste des "Best movies of 2006" qui contient que deux films :) !
Il ne faut pas hésiter à le voir, juste pour la petite rogne de l'actrice et le talent de Anthony Hopkins et Jake confirme qu'il est l'avenir du grand cinéma américain.



2006 entre déceptions et bonnes surprises!

Malgré que (In spite of) la nouvelle année est juste commencée à pointer (roo) le bout de son nez, les déceptions et les bonnes surprises sont déjà en nombres.

Avant tout (Firstly), on va traiter du sujet du cinéma qui est central dans ma pauvre vie.
Les déceptions se comptent notamment cette après-midi avec Good Night and Good Luck, mais j'ai aprécié pourtant le film du même réalisateur Confessions d'un homme dangereux. Aussi il serait vrai de dire que pour le moment je ne suis pas trop allé au cinéma ce début d'année mais j'espère que les prochaines sorties seront plutôt amicales: Munich ou Jarhed...

En ce qui concerne les séries, ce ne sont QUE des déceptions.
Paradoxal vous me direz vu que la nouvelle saison de scrubs nous est offerte en ce début 2006; mais cette dernière se révèle être décevante et sa me coûte de le dire. Certes les performances de Zach Braff crèvent l'écran sans problème, tout comme le nouveau style de Sarah Chalke mais tout cela n'arrive pas à nous faire oublier le défaut humoristique et scénaristique de la série.
L'autre déception vient évidement de la nouvelle saison de that 70's show, je n'avais qu'une crainte, c'était que les scénariste choisissent de remplacer rôle pour rôle Tophey Grace (Eric) par le nouveau dont je n'es même pas le souvenir du prénom.

Quand à ma vie, où réside tout l'intérêt du truc, celle-ci compense les déceptions par de grandes et belles bonnes surprises.
Alors que la fin de l'année 2005 se présentissait mauvais niveau relationnel, cette nouvelle année se profile bonne. Je m'explique je trouvais l'ambiance de la classe au rabais, mais l'énergie revient bien heureusement. De plus j'ai eu la chance de découvrir un mec "weird" au possible mais pouffant au possible :): Jonas. Je tiens donc à remercier tout ceux de ma classe qui s'étaient laissés aller mais qui me font rerire. (Jimmy, Paulo, Gregoire, Mickel-Ange, Jordane, Mohubul et Jaryir)

Quoi qu'il en soit (Be that as it may), cette année je l'espère de tout coeur va être inoubliable sur tout les plans, cinématographiquement avec l'arriver des films de Elisha Cuthbert, Zach Braff (avec Amanda Peet) et Jake Gyllenhaal (Dani Darko, Jarhed, Proof). Mais aussi sur le plan social avec des fêtes nombreuses (18ans) où encore avec des bons dzoulailles. Pour les séries il suffirait que les scénaristes se reveillent :) !



Good night and Good luck

Je vais simplement faire une critique rapide et concise. C'est poussé par sa précédente réalisation et les critiques que je suis allé au cinéma pour regarder le film de George Clooney. Malheureusement autant le dire tout de suite ce dernier ne pas pas enjoulé. Certes les scènes, les images, les plans sont très astucieux mais le film manque de vif, d'inspiration. Il ennuie pour tout dire.
J'ai du mal à comprendre les critiques qui voit en tout les films ennuyants des chef d'oeuvre uniquement parceque c'est du noir et blanc et que la fumé omnipresente rend un ensemble assez esthétique mais malgré tout cela il ne m'a pas emballé. Le coté historique est par contre magnifiquement bien reporté, en relatant l'anecdote des journalistes qui ont fait tomber le sénateur McCarthy et sa "chasse aux sorcières".

Malgré les points faibles, le film peut-être attraillant mais reste pour mon point de vue trop ennuyeux. Le talent de George Clooney se ressent innévitablement mais le contexte ne colle pas. Maintenant le prochain film sur la géopolitique durant la guerre froide est Munich j'espère que ce dernier sera plus vivant et aussi bien réalisé, Spielberg oblige!



Confessions d'un homme dangereux.

Synopsis:
Parallèlement à sa carrière d'animateur du Gong Show, un jeu télévisé américain qui dura quatre ans, de 1976 à 1980, Chuck Barris aurait mené une carrière de tueur professionnel. Il aurait officié pour le compte de la CIA sous le nom de Sunny Sixkiller. Confessions d'un homme dangereux se penche sur ce destin peu ordinaire.

Critique personnelle
Ce plaçant entre la comédie et le dramatique, le film prend un envole déjà haut avec une mise en scène forte en couleur et en effet de zel. George Clooney acteur et réalisateur du film signe un Thriller bien ficelement accentué par un casting ultra magistrale. On pourra ainsi retrouver presque la totalité de l'équipe d'Ocean Eleven à l'exception de Andy Garcia, ainsi Soderberg passe à la production, Brad Pitt, Julia Roberts... et j'en passe et des meilleurs...
Sam Rockwell est parfait dans son rôle, c'est donc un casting et un actering sans failles, maintenant le scénario étant une histoire vraie et emballante il ne manque bien que le rebondissement qui s'avère être malheureusement trop prévisible. Mais il ne gache en rien à la qualité globalement bonne du film

Screen:

En conclusion il serait regretable de louper un si bon film d'après des préjugés sur le fait que ce soit un George Clooney qui est eu l'audace de pondre un film avec tant d'humour (parfois gors) et de brio ! Mais restons raisonnable, ce n'est pas le film du siècle.



Legende d'automne

Les chaines nationales avait quelques poussés de grandes refléxions en nous offrant plusieurs films de qualité... Après le Pianiste de Roman Polanski il y a peu, c'est Fr2 que revenait la tache de faire mieux, peut-être en nous proposant Légende d'Automne.
Avant même le visionnage, j'avais déjà une grande préservitude à me lancer en plein dans le film. En effet le film réunit le couple Hopkins-Pitt qui m'avait tend plus dans Rencontre avec Joe Black.
Donc la séance commence et c'est tout de suite que je me dit "hum, c'est un film pour fillette ça?!?"; et cette prédiction de début de film s'avère juste et fonder, et ce n'est pas le couple de star qui arrivera à y changer quoi que ce soit. Le film perd toute crédibilité vers la demi-heure et perd tout sens à la cinquentième minute. Mais pousser par ma soif de retrouver la petit étincelle vu dans Rencontre avec Joe Black, je décide tout de même de finir le "truc" mais sans volonté certaine. Cependant rien n'est intervenu le scénario est resté plat, et prévisible.
Etait-ce l'oubli de Claire Forlani dans le casting où bien la présence de Brad Pitt qui rend ce film si peu attirant à la fin? malgré la performance une nouvelle fois sans faille de Anthony Hopkins le film reste trop bas pour nous les garçons qui ne recherchons pas les films basés sur Pitt et scénario Feux de l'amour...

A ne pas manquer si vous êtes une fillette, mais à oublier si vous n'avez pas que des larmes dans votre cerveau.



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap