School For Scoundrels (L'Ecole des Dragueurs)

Synopsis:
Un jeune homme timide décide d'intégrer un cours de remise en confiance pour séduire celle qu'il aime. Or, voila que son dragueur de professeur convoite la même personne...

Critique:
Pour le moment totalement inconnu en France, je l'ai téléchargé pour plusieurs raisons. D'abord, et certainement la principal était que le réalisateur, et le scénariste n'était autre que Todd Phillips pour ceux qui ne le connaitrait pas c'est le père des films les plus hilarants comme Old School (Back to School) ou l'excellentissime Road Trip et le moins bon mais toujours aussi drôle Starsky & Hutch. Mais alors l'autre raison et pas des moindres était la présence du bizaroïde Jon Heder (Et Si C'était Vrai) Mr Napoleon Dynamite déroutant et amusant...
Autant dire tout de suite que le film partait avec un sérieux avantage, et à su garder toutes mes attentes intactes, certes on ne rigole pas autant que dans les teens movies, mais Todd Phillips n'oublie pas son thème récurrent: la recherche de l'amour. Drôle, légé, j'ai tout simplement aimé, d'autant plus que le scénario est loin d'être vide, et offre son lot de surprises avec notamment l'apparition d'une guest star que j'apprécie particulièrement: Ben Stiller dans un petit rôle dejanté qui lui va si bien.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Film merveilleux, on ne s'ennuie pas, je le conseil tout simplement surtout que Jon Heder a enfin un rôle qui le met en valeur physiquement :).
Ce film ne sortira probablement jamais en France, c'est pour ça que je vous conseille vivement de le télécharger, par contre il n'est disponible qu'en anglais et les sous-titres n'ont pas l'air d'être sorti?



Nouvelle coupe pour Elisha Cuthbert



Elisha Cuthbert credit: elisha-online.com

Jolie nouvelle coupe de cheveux pour l'actrice canadienne. Après un très bon The Quiet, j'attends toujours avec impatience ses deux prochains films intitulés: Captivity et He Was a Quiet Man.
Plusieurs captures nous montre que l'actrice jouera donc une captive dans le dernier film de Roland Joffé, mais pour son deuxième projet les infos sont plus rares, bien que quelques photos sont déjà présentes sur imdb.com.
Voilà pour l'actualité de la belle Elisha Cuthbert.

MP3:
Slackstring - Sun again will shine

Album du moment:
Fionn Regan - The End Of History



Cat Power - You Are Free

1. I Don't Blame You
2. Free
3. Good Woman
4. Speak For Me
5. Werewolf
6. Fool
7. He War
8. Shaking Paper
9. Babydoll
10. Maybe Not
11. Names
12. Half Of You
13. Keep On Runnin'
14. Evolution


Succèsseur d'un Cover Record que je n'avais pas apprécié, ce You are Free sonne plus rock ce qui n'est pas pour me déplaire.Chan Marshall la chanteuse et chef d'orchestre commence à avoir une petite communauté de fan de musique indie derrière elle, facile avec un album aussi diversifié que ce You are Free qui passe de musiques dépouillées ou seule sa voix ressort comme Maybe Not, à des chansons beaucoup plus rock où résonne la guitare sèche de la chanteuse (He War, Free très proche de Tigan & Sara).
Chan Marshall née en 1972, connu une enfance difficile, ce qui se répercute inévitablement sur sa musique, dont certains titres le témoignent aisément. Ainsi les sonorités lourdes et les paroles de Names transcrivent parfaitement son mal-être dû aux difficultés durant son jeune âge. Et c'est bien cette partie de l'album qui m'a beaucoup plu, lorsqu'elle rend sa composition la plus minimaliste comme dans Maybe Not titre d'un impact rare où seul le piano règne en instrument. Certains titres sont très proche du style folk de Tigan & Sara avec une certaine légèreté au niveau de la composition comme Werewolf où les violons virvolent accompagnant sa douce voix si particulière et émouvante.

You Are Free est loin d'être un album joyeux, la chanteuse sème sa mélancolie, ses désillusions et son désespoir au fil des paroles aussi lourds que poignants que sa voix chante avec douleur comme Good Woman, où la douleur ne peut que se ressenti !
A côté de ses tracks tristes, il y a des titres plus atypiques chez l'américaines, ceux qui décide de s'étoffer, de devenir plus rythmé et pas tous réussit mais on remarque assez vite Speak For Me très rock, qui fait le choix d'un refrain mélodieux ou les échos de sa voix se font sentir un peu dans le style d'Imogen Heap.
L'album fini sur un titre accompagné d'une voix masculine qui malgré le titre: Evolution reste dans le style propre à la chanteuse, à savoir une mélodie récurrente qui au fur et à mesure de la chanson donne de l'impact à ses paroles qui se voient relever par un piano assourdissant qui rendrait presque mal à l'aise.

Sixième opus pour Cat Power, You Are Free respire la maturité, et devient pas conséquent son meilleur album à mon goût. Les sonorités vous font passer du sourire crispé au larme. Dans un ensemble très péssimiste, Cat Power a réussit le paris de m'émouvoir, et j'espère qu'elle en fera de même pour vous !

LIENS:
Site Officiel
MySpace
Achetez l'album

MP3: (DDL)
Cat Power - Maybe Not

Album:
Cat Power - You Are Free

EDIT: Upload effectué le 06/05/07 (rapidshare, donc je ne sais pas trop combien de temps peu durée le lien, faite moi signe quand il expire).

Note: 17/20



Griffin and Phoenix 2007 (Amanda Peet)

Synopsis:
Griffin découvre qu'il souffre d'une maladie mortelle et qu'il n'a que deux ans à vivre. Après avoir vainement tenté de renouer avec sa famille, il fait la connaissance de Phoenix. C'est le début d'une aventure amoureuse qui leur redonne goût à la vie. Lorsque Phoenix apprend le secret de Griffin, elle est furieuse... mais comme elle cache elle aussi un secret, les deux tourtereaux devront surmonter un obstacle de taille dans leur quête de l'amour avec un grand A.

Critique:
Je l'avoue ce film a été téléchargé il faut dire que ça a été mon seul moyen de le voir, inéxistant dans toute la France. Ma première motivation était Amanda Peet excellente dans la plupart de ses films, et montre une nouvelle facette avec cette petite perle de comédie romantique.
Dès le départ, j'ai eu un bon présentiment avec Eels en fond sonore de l'intro, et directement le réalisateur décide de commencer par le côté dramatique nous emmenant directement au bras du héro dont on lui annonce son cancer et ses deux ans à vivre. Directement, il décide de prendre la vie à pleine main, essaye de renouer contact avec ses enfants, s'attarde sur un jeune femme au charme absolu (Amanda Peet) et commence alors un jeu de je t'aime moi non plus...
En face d'une comédie romantique, j'ai toujours eu un faible pour ce genre au cinéma, mais celle-ci se démarque véritablement en traitant un sujet inusité dans ce genre de film à savoir la mort ! Astucieux, on ne s'attarde pas sur leur maladie, mais sur le relation qui devient très vite pleine de vie, chacun cachant à son amant sa maladie et chacun choisissant de savourer le peu qu'il leur reste. On est loin des comédies romantiques d'adolescents avec les tabous, ou autres scènes de séductions maladroites, ici le film nous présente deux personnes d'âge adulte avec la relation qui s'en suit, c'est à dire, fini les non-dis, il ne reste alors qu'une discution profonde tout en restant impersonnel pour préserver son interlocuteur.
A la fois grave, et légé le film n'en n'oublie pas pour autant l'humour et celui-ci est véhiculé par tous les acteurs secondaires tous hilarants en passant du black du ciné, au moniteur parachutiste éclopié, à la secrétaire indiscrète en passant par les flics naïfs.
Mais le gros point fort du film, c'est ses acteurs charmants dont Dermot Mulroney se révèle en cancereux joyeux, qui donne la réplique à la vieillissant mais non moins magnifique Amanda Peet. Puis le réalisateur arrive à créer une intimité qui nous touche au moment où les maladies s'éveillent, le film se transforme en drame, émouvant, où les deux personnages vont décider de vivre leur idyle jusqu'au bout, en oubliant cette mort si inconnu.
J'ai presque oublier de parler de la B.O enjoué, très bien choisi avec Anna Nalick et son 2AM ou encore le très triste Ray Lamontagne

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Magnifique hymne à la vie, cette comédie romantique chavirera votre coeur sans grand problème vous accompagnant dans l'intimité d'un couple qui vie sa relation en oubliant tout ce qu'il y a autour. Attention, révélation de cette année, je le conseil à tout le monde !



Sego et Sarko Sont Dans un Bateau (Karl Zero)

Critique:
En plein buzz politique, Karl Zero choisit le moment adéquate pour sortir son deuxième film du genre après Dans la peau de Jacques Chirac, la recette est la même, il ne cherche pas à prendre parti il souhaite juste ridiculiser les deux candidats, que ce soit Sego et Sarko les deux en prennent pour leurs grades !
Ce n'est pas non plus Fahrenheit 9/11 où la critique est bien trop virulante, ici il s'agit juste de faire une critique ironique et de montrer que les deux prétendants à la chaise présidentielle ne sont pas si différent: même ambition démesurer, même volonté de médiatisation, ou de décrochage de leur parti politique...
Parfois marrant, Karl Zero utilise et abuse de la deuxième personne du singulier comme s'il s'adressait directement à eux pour les faire réfléchir? par persuader que celà change quelques choses, il n'y a pas de grosse révélation encore une fois Karl Zero ne se ridiculise pas une seule fois à chercher des coïncidences qui créeraient un mécontentement de la population. Il souhaite véritablement juste montrer qu'aucuns des deux et encore moins les autres candidats sont aussi bien qu'ils souhaitent le faire retranscrire.
Néanmoins, il ne dit pas que du mal des deux, ainsi on peut voir Sarkozy et Royale dans leur intimité cherchant à associer leur vie de famille à une politique à plein temps. Il nous décrit une Ségolène presque froide, alors que Nicolas est plus dépeint en humain qui arrive à rigoler sans pour autant oublier son obsession pour les banlieues.

Conclusion:
Le résultat est sympatique, reste politiquement correcte, ne déborde pas ce qui m'a beaucoup plu, il se garde d'être révolutionnaire, ne prend pas parti... Un bon film, sans réelle prétention.



Télécharger légalement et gratuitement de la musique grâce au p2p: utopie?

"C’était courant à la fin des années 90, les organismes de défense des droits d’auteur s’en sont sérieusement occupé au début des années 2000, mais il se pourrait que cette pratique revienne à la charge vers la fin de cette décennie, la légalité en plus. Télécharger gratuitement et légalement de la musique protégée par droits d’auteur, c’est possible. C’est en tout cas ce que veut instaurer Intent MediaWorks, une société souhaitant inclure de la publicité pour rémunérer les ayants droit.

De plus en plus de P2Pistes

Malgré la répression et la peur que certains tentent d’instaurer, les utilisateurs de P2P, que ce soit légal ou non, sont de plus en plus nombreux. Pour autant, les ventes de services de musique payants ne s’envolent pas vraiment. Selon une jeune entreprise nommée MediaWork, il va donc falloir exploiter au mieux le public des réseaux P2P. Sachant que leur nombre était estimé à 9,4 millions dans le monde en 2006, si on arrive à gagner un certain bénéfice sur chacun, les chiffres seraient alors bien suffisants pour rembourser les ayants droit.

Quand la publicité règle les comptes

La solution de MediaWork : la publicité. Lorsqu’un internaute lance son logiciel de téléchargement par P2P (LimeWire ou Shareaza, par exemple), il se voit demander s’il désire visionner de la publicité pour accéder à certains téléchargement spéciaux. S’il accepte, il pourra par exemple télécharger des morceaux de la chanteuse canadienne Avril Lavigne, qui participe au programme. « Les consommateurs ne veulent pas détrousser les gens, explique Les Ottolenghi, président et cofondateur de MediaWork, ils veulent juste obtenir leur musique aussi simplement que possible ». Selon les estimations de MediaWork, près de 60% des utilisateurs de P2P seraient prêts à supporter de la publicité pour avoir le droit de continuer à télécharger gratuitement."
Source: Infos-du-net.com


Voilà ce qu'annonce fièrement infos-du-net.com alors qu'un gros moustique de la taille de ma main regarde mon bras voulant qu'une chose: me sucer mon sang.
Qu'importe, même si l'idée par d'une bonne intention ce phénomène relève plus de l'utopie que du réalisable puisque je ne pense pas que l'industrie du disque se contente de si peu? D'autres idées ont pourtant déjà été proposées et toutes mortes dans l'oeuf, il n'y a qu'à regarder le licence globale qui permettant moyennant un forfait d'avoir accès au p2p gratuitement...
Après d'autres inconvenients peuvent se revéler si par 'chance' ce système vient à exister, en commençant par la taille et le contenu des publicités qui ne feront que globalement poussés les utilisateurs à installer divers patch pour supprimer ces nombreuses publicités qui arriveront par milliers.
Pas réellement d'accord avec le principe, je n'ai pourtant pas de meilleurs idées ce qui m'empêche comme tout ceux qui souhaite critiquer cette solution d'être crédible. J'attends donc impatiemment une véritable solution crédible qui permettra de mettre fin à cette guerre entre les majors et les utilisateurs des réseaux souvent usités à des fins illégales.
Ce qui me chagrine de plus en plus, c'est que globalement les artistes ne se plaignent pas ! à l'inverse des maisons de disques qui n'ont certainement pas besoin d'un revenu encore plus élevé pour survivre?



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap