Frou Frou - Details

01. Let Go
02. Breathe In
03. It's Good To Be In Love
04. I Must Be Dreaming
05. Psychobabble
06. Only Got One
07. Shh
08. Hear Me Out
09. Maddening Shroud
10. Flicks
11. The Dumbling Down of Love

Tout ceux qui ne connaitrait pas cet album risquerait bien de rester inconscient comme figer par la douce claque apporter par la chaleureuse voix de la renommer Imogen Heap. Parceque si la belle anglaise commence à percer au grand jour chez nos amis les anglophones, sa collaboration avec Guy Sigsworth qui donna naissance à Frou Frou (en référence à un poème de Baudelaire) est plutôt inconnu, et à tort !
Je l'ai bien évidement depuis longtemps ce Details à vrai dire depuis la sortie de Garden State où le génial Zach Braff nous a fait frissoner avec Let Go en fond sonore de sa scène finale. Difficile de rester insensible à la voix androgyne d'Immi, mais surtout à ces mélodies électro/pop/génialissime... De toute façon, je n'ai rien de mauvais à dire à son sujet, que les détraqueurs de la jeune femme s'abstienne car je ne tolérerais que des compliments à son sujet. Pour dire, l'album commence avec le tubesque Let Go, virvoltant, pas question de rugosité où de maladresse, les rythmes efficaces, digitales coulent dans l'oreille procurant à celui qui a la chance de l'écoute que bonheur et frisson.
Avec Details, on est bien loin de la rage du premier opus de l'anglaise: I Megaphone (notamment avec le titre Angry Angel), on est dans un véritable univers féérique où ne règne que l'harmonie imposé par la plaitorie d'instruments auquels fait appelle le groupe, on notera sans sourciller le piano de Only Got One, la basse de Breath In, la baterie de It's Good to be in Love, et sans oublier sa voix dans le sensuel Shh.
On a du mal à cathégoriser cette musique, néanmoins de nombreuses influences musicales se ressentent dans cet album, le côté sombre et hypnotique de Psychobabble rappelle un peu la musique de The Postal Service, mais les comparaisons avec Björk ne sont pas fausses non plus.

J'ai naïvement souhaité réécouter Details et sa puissance m'a emporté jusqu'ici et m'a donné la force d'écrire cet article qui ne proposera pas de ddl car vu la qualité de la musique piégée dans le CD, les pauvres 10€ que requiert l'achat de cette petite merveille sont vraiment le minimum. Tout simplement un des tous meilleurs albums que j'ai eu la chance d'écouté, et j'espère que vous prendre le risque de vous plongez dans cette univers, un chouilla plus electronique que Speak For Yourself l'album solo d'Imogen Heap.
A AVOIR ! j'insiste !



How I Met Your Mother s.02 ep.16

Ce post n'a pas de réel objectif, enfin si, essayez de vous convaincre et de vous convertir une nouvelle fois à cette série. Je l'annonce haut et fort, il s'agit de la série la plus drôle de l'année, la plus complète qui sait aligner les blagues, les gags, les dialogues avec intelligence et bien évidemment avec énormement d'humour.< > Lire la suite



Casino Royale

Synopsis:
Pour sa première mission, James Bond affronte le tout-puissant banquier privé du terrorisme international, Le Chiffre. Pour achever de le ruiner et démanteler le plus grand réseau criminel qui soit, Bond doit le battre lors d'une partie de poker à haut risque au Casino Royale. La très belle Vesper, attachée au Trésor, l'accompagne afin de veiller à ce que l'agent 007 prenne soin de l'argent du gouvernement britannique qui lui sert de mise, mais rien ne va se passer comme prévu.
Alors que Bond et Vesper s'efforcent d'échapper aux tentatives d'assassinat du Chiffre et de ses hommes, d'autres sentiments surgissent entre eux, ce qui ne fera que les rendre plus vulnérables...

Critique:
Je l'avoue je ne voulais absolument pas le voir, mais je sais pas j'ai craqué, surement le fait qu'il était en VO où que je n'avais rien d'autre à voir ! Et alors c'est peut-être une des plus grosses surprises de l'années 2006.
Je me rappelle bien du mouvement de contestation contre Daniel Craig que l'on estimait pas assez "jamesbondesque"; et heureusement l'acteur au yeux bleux a démontré tout le contraire, et à montrer à quel point il méritait cette place d'homme classieux.
Je le dis et je l'avoue je n'ai jamais réellement aimé la saga des James Bond, je n'ai jamais rêver d'être un double zéro, mais avec ce Casino Royale j'ai bel et bien rêver d'être cet agent secret de renom. Oh, non pas pour tuer, ou me faire fouêter les attributs royaux, mais pour Eva Green tout à fait sublime rempli de charme. Et les scénaristes de la saga nous ont enfin montré cette seule femme que James Bond n'a jamais aimé, et je le comprends :).
Enfin, voilà, ce film sort de l'ordinaire puisqu'on peut voir un James Bond vulnérable, moins sûr de lui, mais toujours aussi drôle. D'autant plus qu'on laisse tomber les gadget, les voitures, les girls, pour ne garder que du bons, nous offrant un divertissement à la hauteur de la renommée (pour une fois).
Il faut dire que Martin Campbell, le père des Zorro actuels nous rempli les yeux, avec une réalisation très centré sur ce regard glacial de Craig qui séduira sans hésitation tous les rétissants ! L'action moins présente, est pourtant plus vive, on ressent plus d'utiliter dans celle-ci.

Conclusion:
N'ayons pas peur de le dire, il s'agit du meilleur James Bond que j'ai vu (je n'ai pas beaucoup vu de ceux de Connery), mais convaincant, moins explosif que les précendants et pour sûr il préfère prendre de la profondeur, fini le sauvetage du monde, les missions sont plus modestes et gagne donc en crédibilité. J'attends avec impatience le nouveau volet qui sera je l'espère aussi bon, avec une aussi belle James Bond girl...



Alpha Dog

Synopsis:
Dans une banlieue riche de L.A., Johnny et sa petite bande jouent aux durs et trafiquent un peu. Livrés à eux-mêmes, leur vie n'est qu'une quête permanente d'émotions fortes. Pour s'assurer que Jake lui remboursera bien tout l'argent qu'il lui doit, Johnny et sa bande kidnappent son petit frère, Zack.
Sous la bienveillante garde de Frankie, Zack va alors se mêler au groupe au cours d'une virée de trois jours riche d'alcool, de filles et denouvelles expériences. D'heure en heure, son statut d'otage devient de plus en plus flou pour tout le monde. Pourtant, la réalité de la situation ne va pas tarder à resurgir. Pressé par son père, pourchassé par la police, Johnny
a le choix entre une prise de conscience et une fuite en avant. La situation va lui échapper, bien au-delà du pire...

Critique:
Il y a certains acteurs, pour aucunes raisons apparentes que l'on apprécie, pour ma part c'est le cas pour Emile Hirsch (Lords of Dogtown, Girl Next Door) et c'est sans honte que j'avoue avoir visionner ce film grâce à lui, et comme la plupart des films que je regarde en ce moment, c'est une bonne critique qui va en sortir. Mister Hirsch joue habillement un malfrat pas très crédible, bien que prêt à tout pour se faire respecter. Dans une banlieue où Johnny est le maitre du trafic de marijuana, arrive un créancier qui ne peut pas rembourser ses dêtes. Et commence alors, un enchainement de mauvaises actions pour récupérer son argent, il perd alors les "pédales", et perd tout simplement le controle.
On y retrouve bizarrement Justin Timberlake très classieux dans ses shorts :); et aussi difficile qu'il soit à avouer son jeux d'acteur n'était pas si mauvais, plutôt crédible.
Il ne s'agit pas simplement d'un film mafieux mené par des adolescents, celui-ci est doté d'un scénario entrainant, vif, destiné au jeune, mais surtout imprévisible ! Pas de happy-ending, beaucoup de compassion.

Conclusion:
Parfois amusant, parfois tragique, parfois pathétique, mais toujours vrai ! Ce film de 2h saura sans problème captiver la population de 15 à 25 ans, et sa fin outranciel plaira au amateur de cinéma !
J'ai beaucoup apprécié et Emilie Hirsch confirme qu'il est bon acteur !



Apocalypto

Synopsis:
Dans les temps turbulents précédant la chute de la légendaire civilisation Maya.
Jeune père porteur de grandes espérances, chef de son petit village, Patte de Jaguar vit une existence idyllique brusquement perturbée par une violente invasion. Capturé et emmené lors d'un périlleux voyage à travers la jungle pour être offert en sacrifice aux Dieux de la Cité Maya, il découvre un monde régi par la peur et l'oppression, dans lequel une fin déchirante l'attend inéluctablement.
Poussé par l'amour qu'il porte à sa femme, à sa famille et à son peuple, il devra affronter ses plus grandes peurs en une tentative désespérée pour retourner chez lui et tenter de sauver ce qui lui tient le plus à coeur.

Critique:
J'avais été prévenu d'une boucherie, mais il n'en est rien... Rien de bien dramatique ! Malgré le personnage derrière la caméra, ce bon petit divertissement est génial :) !
En premier lieu il s'agit d'un véritable film d'action où l'on est totalement immergé dans cette environnement Maya. Les scènes d'actions sont hypnotisantes, impossible de quitter les yeux de l'écran, d'autant plus que la cruauté ambiante crée un suspense assomant, on est loin de se dire: "oh! c'est un gentil, il va survivre !". Il faut croire que Mel Gibson n'y est pas pour rien, son sens du spectacle se ressent dans toutes les scènes, certains vont craindre sa façon de rendre hollywoodien son "oeuvre", mais les gros plans, les ralentis, les travelings, les courses poursuites dans la forets ne sont que jouissance pour moi :) !.
Je ne participe pas au mouvement de penser qui dit que ce film est rempli de violence gratuite, elle ne fait qu'accentuer l'ambiance, la décadance d'une cité Maya qui touche à sa fin.
Quant à la véracité de l'histoire, je ne peux malheureusement pas critiquer mes connaissances en la matière étant totalement nul, enfin il faut dire qu'on apprend pas énormement plus qu'en regardant Tintin; puisqu'il y a la même vénération du soleil et la peur des éclypses !

Conclusion:
Long parfois, mais tellement jouissif à certains moments. Il est vrai que ce n'est pas un film pour les enfants. A voir, à ne pas voir? je ne peux pas vous aidez ! mais sachez que ce conflit de voisinage m'a plutôt plu !



Paris je t'aime

Ah voilà un film que j'attendais, le principe était plus qu'alléchant puisqu'il s'agissait de réaliser un court métrage pour chaque quartier mitique de Paris la ville de l'amour... On y retrouve de grands réalisateurs, des réalisateurs moins bons mais médiatisés et d'autres qui tentent leurs chances je pense à Gerard Depardieu. Et puis s'en oublier que le recueil de court métrage, réunit une plaitorie de somptueux acteurs et notamment Rufus Sewell que j'apprécie énormement (vous savez celui à la tête de méchant).
Enfin, on ne peut pas dire que tous ces courts métrages se valent bien loin de là, certains on un charme fou allimenté par le rayonnement et l'environnement parisien. Je pense sans hésiter à celui de Gurinder Chadha pleins d'humours, et de charme à l'image des deux acteurs. S'en suivent celui de Gus Van Sant (on ne le présente plus) qui s'attardent sur une rélation homosexuelle aussi rempli d'humour, et puis il y a celui que j'attendais le plus celui des frères Coen assurement le plus drôle je m'en doutais et je l'attendais...
A ce moment là, que depuis le départ, il n'y avait aucuns faux pas, mais malheureusement la première demi-heure passé le principe s'essoufle, peut-être les réalisateurs ont présenté moins d'ingéniosité, enfin l'ennui s'installe. J'aurais du le prévoir, les courts-métrage garde quoi qu'il en soit une distance avec le spectateur celui-ci n'ayant pas le temps de s'attacher à un personnage ou à l'histoire du faite du format réduit à quelques minutes.
Néanmoins d'autres courts-métrage ressortent du lots, notamment celui de Vincenzo Natali où l'histoire ensanglanté est associé au bon Elijah Wood, puis on voit arriver celui-ci sur le quartier Père-Lachaise, réaliser par Wes Craven lui-même, où Rufus Sewell incarne un mari trop terre à terre... Et enfin on a celui que tout le monde attendait, celui de la bien aimée Natalie Portman qui brille comme jamais, mais où le petit acteur aveugle ose lui voler un bout de vedette. Ce court-métrage est un des tous meilleurs, puisqu'il est aussi bien rythmé, que drole ou bien émouvant, une véritable leçon de cinéma en seulement 4 minutes...

Conclusion:
Forcement déçu, j'attendais énormement de ce film, mais pour certains je ne regrète pas de mettre ennuyer. Les premiers sont pleins de vie, pleins de charmes alors que ceux de la deuxième heure sont plus austère, enfin à vous de voir, je resterais encore sur un avis mitigé. Enfin certains valent vraiment le coup !



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap