Blog Selection #1

J'ai bien envie de remercier et surtout de vous faire découvrir les blogs que je lis assez couremment, et c'est pourquoi est né: Blog Selection.

Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Ironiquement appelé: woosh - "Parasite isn't the right word, but it's the first word that comes to mind", ce site est tenu par une adolescente tout juste agée de 17 ans qui comme toutes les filles de son âge à ses problèmes et ses moments de joies.
Voyeurisme? certainement cette petite frimousse raconte astucieusement et surtout avec beaucoup d'humour sa vie, et ses réfléxions bien qu'assez attrofiées :). Qu'importe! sa plûme est légère, et surtout le design qui accompagne la navigation est de toute beautée, aussi sobre et mystérieux que cette Woosh.
On sent qu'elle a besoin de son lectorat, sans réellement qu'il soit nécéssaire, son blog est alors une façon d'extérioriser? de se psychanalyser? où de s'exhiber? certainement les trois... Alors qu'on sent la plupart du temps une réflexion sur elle-même, il est évident qu'on peut y voir une généralité. En effet, les problèmes bien que personnelle son récurrent et peuvent s'appliquer à toutes les filles de son âge, c'est donc avec plaisir que je suis de façon acidue ce blog qui n'a pas d'ambition, mais qui a de l'intêret.

http://woosh.cowblog.fr/

Dites-moi ce que vous en pensez, que ce soit du nouveau principe et du blog...



Mysterious Skin

Synopsis:
A huit ans, Brian Lackey se réveille dans la cave de sa maison, le nez en sang, sans aucune idée de ce qui a pu lui arriver. Sa vie change complètement après cet incident : peur du noir, cauchemars, évanouissements...
Dix ans plus tard, il est certain d'avoir été enlevé par des extraterrestres et pense que seul Neil Mc Cormick pourrait avoir la clé de l'énigme. Ce dernier est un outsider à la beauté du diable, une petite frappe dont tout le monde tombe amoureux mais qui ne s'attache à personne.
Il regrette encore la relation qu'il avait établie avec son coach de baseball quand il avait huit ans. Brian tente de retrouver Neil pour dénouer le mystère qui les empêche de vivre.

Critique:
J'avoue, je suis rentré à 2h chez moi, et je n'ai pas eu la force d'aller me coucher, cépendant j'aurais dû ! Parceque commencez un film à cette heure, je n'avais jamais fait, à part Breakfast Club mais c'était une bonne demi-heure avant... Qu'importe! je pensais réellement que ce film allait m'assomer et que j'aurais été obligé de mettre pose et fermer les yeux, mais au contraire, plus j'avançais plus mes yeux s'ouvraient, plus mon coeur battaient vite, plus le sommeil devenait inutile.
En approchant un sujet grâve comme le viole Gregg Araki en s'inspirant du roman de Scott Heim nous décrit les ravages de cette attrocité. Ainsi, il y en met en scène deux enfants, un qui souhaite oublier alors que l'autre ne peut oublier. Tout deux ont des séquelles bien évidemment, mais c'est surtout celle d'un que l'on nous oblige à voir.
J'avoue, ce film m'a fait plus que réfléchir, je n'ai plus pu dormir après ! Et je pense que la seule façon de vous obligez à le voir c'est simplement de voir le nombre de critique positive sur allocine: http://www.allocine.fr/film/revuedepresse_gen_cfilm=59125¬e;=4&ccritique;=18478512.html.

Conclusion:
Je suis choqué, mais c'est toujours un plaisir de rencontrer un film qui fait réféchir surtout quand on a un petit Joseph Gordon-Levitt très persuasif dans son rôle. Le film choc de l'année 2004, où des sujets comme le viole, la pédophilie, le sida, la psychologie sont traités !

Bande Annonce:
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18377924&cfilm;=59125.html



Margot & The Nuclear So And So's - The Dust Of Retreat (ddl)

1. Sea Chanty of Sorts
2. Skeleton Key
3. Vampires in Blue Dresses
4. Quiet as a Mouse
5. Jen Is Bringing the Drugs [Edited for Content]
6. Dress Me Like a Clown
7. On a Freezing Chicago Street
8. Paper Kitten Nightmare
9. Barfight Revolution, Power Violence
10. Light on a Hill
11. Talking in Code
12. Bookworm

Du pure son song, tout droit exporté depuis Indianapolis, ce groupe de 8 membres qui carbure au Whisky/Join a su me séduire et pas des moindres. J'ai l'habitude de ne jamais tomber amoureux dès la première écoute des albums qui deviennent ensuite mes albums fétish, et ce petit The Dust Of Retreat ne dérange pas à la règle. Avec un style plutôt rock/emo dont je ne suis habituellement pas très attiré le groupe a su créer des mélodies attractives, mais surtout très rafinées. En effet avec des titres comme Vampires In Blues Dress la légèreté de la composition permet une accroche assez rapide, et cette voix si parfaitement accordé avec le reste des instruments rend irressistible le reste de l'album. Pourtant cet angouement pour cet album n'était pas gagné d'avance, moi qui subit en ce moment une arrivée accrue en nouveau style musical, j'ai eu du mal à m'immerger à fond dans cet univers simplicite, mais tellement "funny". Très proche de Panic! At The Disco le groupe américain est cependant plus accompli, des titres comme Jen Is Bringin' The Drugs sonne plus grave que le groupe californien.

Chacunes des chansons résonnent maintenant dans ma petite tête qui ne peut s'empêcher de commander mon pied. Comme tout bon groupe de pop/rock Margot & The Nuclear So And So's compose des ballades astucieuses comme Bookworm où la batterie presque inodible force le respect. Mais avec Dress Me Like a Clown le groupe diversifie son environnement musical puisqu'il se rapproche du BlueGrass et d'un groupe qui m'avait aussi beaucoup plus: Nickel Creek. Moins légé Quiet As A Mouse me rappelle les sonorité de Hell Is For Heroes, mais autant de comparaison ne suffisent pas à traduire l'univers original du groupe, et pour celà il suffit d'écouter On A Freezing Chicago.

Avec leur premier et leur unique album The Dust Of Retreat, les 8 membres tappent fort, à vrai dire il frappent très fort ! Fortement rythmé, l'album baisse d'intensité pour laisser place à des titres d'une grande douceur, offrant aux instrumentalistes la chance de s'exprimer réellement et avec talents.
Il est vrai que j'ai l'habitude de dire beaucoup de bien, de bien des albums mais celui-ci est celui qui sort du lot en ce moment !
Et pour dire, je n'ai pas hésité deux fois à l'acheter, et il se placera fièrement à côté de Illinoise de Steven Sufjans ou du chavirant Happenstance de la mal aimée Rachael Yamagata...

Un album plein de vie, très personnel, pas tellement intimiste qui mérite d'être dans votre collection, et j'espère que vous aurez le même engouement que moi envers un des meilleurs albums de l'année 2006...

Je vous laisse sur patienter avec Vampires In A Blue Dress, et Dress Me Like A Clown dans la radioblog.

LIENS:
Site Officiel
Myspace
Dust of Retreat released March 28. Order on iTunes or Amazon.com

Albums: Margot & The Nuclear So And So's - The Dust Of Retreat



Running with Scissors (Courir avec des ciseaux)

Synopsis:
En 1971, le jeune Augusten n'a que 6 ans et sa vie n'est pas simple. Sa mère, Deirdre, est une poétesse psychotique que personne n'a jamais lue mais qui est convaincue d'être célèbre. Quant à son père, Norman, un prof de maths alcoolique, il a depuis longtemps renoncé à sauver son couple ou à s'occuper de son fils...
La thérapie que Deirdre entame avec le Dr Finch, un psychiatre aux méthodes peu orthodoxes, ne va rien arranger, et bientôt les parents d'Augusten se séparent. Pour l'enfant, le pire ne sera pas d'être abandonné par sa mère, mais d'être recueilli par le Dr Finch.
Il découvre alors une famille étrange, déstabilisante et redoutable. Mrs Finch vit totalement repliée sur elle-même. Une de ses filles, Hope, ne jure que par la Bible pendant que l'autre, Natalie, exprime sa rébellion à travers le disco...

Critique:
Voilà mon autre claque de la journée, ce drame tiré tout droit du livre du même nom et best-seller surprise de l'année 2002 par Augusten Burroughs a été réalisé avec une main de maitre par Ryan Murphy, ce nom vous dit peut-être rien mais c'est purement et simplement le créateur de Nip/Tuck.
Assez proche d'un Garden State certaines scènes ressemblent comme deux goutes d'eaux à certaines du film de Zach Braff que ce soit dans la présentation des personnages où carrement dans l'histoire central où les 3/4 des personnes subissent des médicaments. Mais il faut croire que je ne suis pas le seul à avoir été touché par ce scénario puisque Brad Pitt lui même a participé à la production du film.
Revenons au film, l'histoire est donc très vrai, et décrit avec justesse la cruauté de l'égoïsme, et du narcissisme sans oublier des ravages de la psychanalyse freudienne suivit à la lettre. Néanmoins, le gros point fort du film réside dans le casting avec Joseph Cross réellement émouvant, appuyé par la toujours aussi talentueuse Evan Rachel Wood (Thirteen).
Ce film décrit un petit passage de l'adolescence difficile de Augusten, qui est emprisonné entre une mère folle/egocentrique/manqué et un psychatre adoptif qui ne lui offre aucunes contraintes comme le voulait Freud. Mais; les nombreuses surprises que va subir ce jeune homme ne sont pas toutes roses et, la description que fait le réalisateur de toutes ses souffrances est formidable.

Conclusion:
Un film un peu dans la lignée d'un Thumbsucker et qui suivra la même direction, à savoir qu'il sera complètement boudé par le publique français car il n'entre pas dans les standars de films divertissants ! Un sortie annoncée pour Mars de cette année me parait stupide puisque je paris qu'une simple minorité des français auront la chance de contempler cette fresque de sentiments.



Et si on avouait !

Avec Margot & The Nuclear So And So dans les oreilles, je viens de découvrir un site fabuleux: javoue.com, amusant, le principe me plaisait mais je ne pensais pas qu'il allait pouvoir me faire autant rire, et pour ce ! J'avoue avoir presque fait dans mon pantalon, et donc voilà une petite compilation de ceux qui m'ont fait sourire:< > Lire la suite



The Quiet (Elisha Cuthbert)

Synopsis:
Dot, une jeune femme sourde et muette, s'en va vivre chez son parrain, sa marraine et leur fille. La nouvelle venue ne va pas tarder à se rendre compte que les choses ne tournent pas très rond au sein de cette petite famille...

Critique: Pour le premier film où Elisha Cuthbert se tente à la production, le résultat est vraiment bon. Un des tous meilleurs films que j'ai eu la chance de voir, et pourtant ma liste de films visionnés commencent à bien grandir. Vous connaissez évidemment mon amour immense pour la très belle Elisha Cuthbert, mais je vous jure qu'elle n'a pas altéré mon jugement, à vrai dire je lui doit un grand merci car au départ c'était uniquement pour elle que je me suis retrouvé à regarder un film qui n'a même pas de sorti prévu chez nous Français. C'est donc uniquement en anglais que j'ai eu la chance de regarder ce petit chef d'oeuvre d'une noirceur rare. A l'antipode même de tout ce qu'à fait l'actrice canadienne, on est devant un véritable thriller noir, où reigne la détresse.
En effet, le film met en scène une fille violé par son père (Nina) joué par Elisha elle même, et une jeune fille source vient vivre chez cette famille alors qu'elle a perdu son père et sa mère. Et c'est bien le fait qu'elle soit sourde qui rend se film si prenant. Oh que oui Jamie Babbit (le réalisateur) fait des choix exceptionnel au niveau du casting, le duo Elisha Cuthbert et surtout Camilla Belle ferait palir de honte tout autres acteurs. Martin Donovan incroyable aussi, il a su me faire oublier son rôle débile dans Weeds.
Tout ce film noir est accompagné par un fond sonore au piano omniprésent qui renforce ce côté sombre du film. Toujours pour les bons films, les mots ne me parviennent pas pour le décrire mais je vous promet qu'il s'agit d'une petite perles.
J'ai presque oublié de spécifier qu'il y a l'insertion de Maybe Not de Cat Power, qui se vera offert un article glorifiant ici-même!

Screens:
Je n'ai pas pu résister à prendre des milliers de screens de ma petite Elisha:

Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Après une piteuse interprétation dans La Maison de Cire, Elisha Cuthbert réalise ici son tout meilleur film, et Camilla Belle n'y est pas pour rien... Un duo que je rève de revoir, et je dois avouer que Elisha est bien meilleure actrice que je ne l'aurais pensé !
Troublant, j'en suis tout retourné encore, je sais très bien qu'aucun de vous ne le vera car trop inaccessible, mais si un jour vous le voyez dans un videostore n'hésitez pas, c'est comme si vous voyez que les Speechwriters LLC passaient en concert dans votre ville et que vous les boudiers !
Si quelqu'uns d'entres vous l'ont vu, j'aimerais bien qu'ils me disent s'ils ont autant apprécié que moi !

I Bet It'd be harder losing something than never having had it at all

- One day we wake up and we realise the world sucks
- and we suck for being in it



< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap