Un petit outils le Captcha, nouveau parmis nous...

Devant les proportions (rocambolesque?) eh énormes que prennent le spams, et surtout par une perte de temps énorme j'ai décidé à contre coeur je dois l'avouer d'installer la seule solution réellement efficace le captcha.
Il marche sur un principe que les robots ne peuvent pas répondre aux questions les plus simples lorsqu'ils ne peuvent pas identifier la question. Enfin quoi qu'il en soit, l'idée est amusante, mais repousse les tentatives des visiteurs de laisser un message, mais aujourd'hui je n'ai plus le choix... Il fallait faire quelque chose.

Les questions sont dans l'ensemble surmontable :), et toute plus inutile les unes que les autres, j'ai malheureusement pas le temps de modifier les questions pour rendre le système peut-être un peu plus amusant mais le temps me manque.

Voilà un petit mot du propriété qui a de plus en plus de mal à venir ici.

Stay Tuned, une exclusivité ne devrait pas tarder à propos d'Imogen Heap plus qu'a lancé l'upload, sachant que le billet est déjà rédigé.



Imogen Heap - Chansons Inédites !

Alors que Speack for Yourself fait un carton de l'autre côté de la manche avec notamment des singles qui se vendent très bien comme Headlock ou Goodnight and Go ou encore Hide and Seek qui a profité de la notoriété de The O.C.
Enfin quoi qu'il en soit j'ai préparé un petit pack qui regroupe toutes les chansons qui ne figurent dans aucuns de ses albums, bons nombres sont des duos, plus ou moins réussit mais je me devais de remplir le pack à rabord. Vous l'aurez donc compris cette compilation est réservée au fan d'Imogen Heap, qui souhaite posséder la totalité des titres qu'Immi aurait pu toucher, de près ou de loin.

Alors déjà je vous offre quelque live qui dans l'ensemble son très peu réussit je dois l'avouer en toute objectivité, mais tout de même Not You Again passe très bien avec un style très Heapeen comme on l'aime, avec une façon de chanter qu'elle affectionne tout particulièrement puisqu'on a le droit à des passages très bas, à très haut. Mon live préféré reste Leave Me To Love, malgré que le son ne soit pas parfait, je retrouve tout l'esprit d'inovation qu'à Immi et c'est avec un grand sourire que je savoure les 4min27 de la chanson.
La grosse déception du pack est surment Hallelujah chanson très belle, mais la reprise qu'en fait la belle n'est pas au point, elle n'a surment pas les qualités vocales pour s'attaquer à une telle chanson, elle essaye tant bien que mal d'y mettre sa petite touche personnelle, mais chez moi je trouve que le tout rend très mal, trop peu de rythme, sa voix est désagréable...
Mais attention, je ne vous ai pas offert que du popo, ainsi j'ai mis Can't Take In It fabuleuse chanson féérique, plus orchestral que d'habitude mais Immi s'en sort avec brio. Spooky est bon, mais ne restera pas graver dans ma mémoire.

Mais ce qui fait de ce rar, un rar pour les fans, c'est pas parti "featuring", et je vais commencer avec mon duo préféré avec Blue October qui donne naissance à Congratulations qui est surment la plus belle compo du pack, avec un symbiose parfaite entre le chanteur masculin et la belle Californienne, tout simplement un chef d'oeuvre.
Le problème avec les duos c'est que quelques fois, on s'éloigne de son style musical c'est le cas avec Rustic Overtones dont la coopération donne Valentine's Day Massacre pas mauvais, mais pas très Heapeen, il en est de même pour Rollin' And Tumblin' avec Jeff Beck, ainsi Imogen Heap ici réussit une meilleure reprise qu'avec Hallejua puisse le titre reste rythmé et que vocalement, ma chanteuse est parfaite.

Donc un pack fait par un fan, pour des fans a savouré.

Le Pack: Imogen Heap - Misc



Borat - Le film

Synopsis:
Borat, reporter kazakh, est envoyé aux Etats-Unis par la télévision de son pays pour y tourner un reportage sur le mode de vie de cette nation vénérée comme un modèle. Au cours de son périple, il rencontre de vraies personnes dans des situations authentiques, avec les conséquences les plus incroyables. Son comportement à contre-courant provoque les réactions les plus diverses, et révèle les préjugés et les dessous de la société américaine. Aucun sujet n'échappera à sa soif d'apprendre, même les plus extrêmes. Un vrai choc des cultures...

Critique:
Désolé, celà faisait bien longtemps que je n'avais pas chroniqué un film, mais en ce moment les 2h minimum que prennent le visionnage d'un film n'est plus trop possible... Mais en bon lyonnais que je suis, je me suis laissé tenter par Borat vu son omniprésence dans les journaux et à la télévision. J'aurais bien préféré Scoop de Woody Allen mais, mon dude ne m'a pas laissé un choix large.

Enfin quoi qu'il en soit, on est devant un film assez terrifiant de stupidité, mais j'en avais bien besoin, j'ai pas arrêté de rire durant la totalité du film, aussi stupide qu'un Jackass malheureusement, malgré que le but soit de critiquer l'amérique, l'impact est moindre à comparer d'un Fahrenheit 911. En effet, on a pas réellement l'impression que la tranche de population choisie soit bien représentative de celle des Etats-Unis, je m'explique, on voit nettement que le tout est très scénarisé à l'exception de quelques scènes, et celà enlève beaucoup à la spontanéité des films de Michael Moore.
Malgré tout celà, le film est plutôt amusant, c'est vrai qu'il ne nourrit pas les attente que j'avais mis en lui, mais par contre il m'a fait bien plus rire que je l'imaginerais, il faut dire que le bonhomme va très loin dans son délire, et qu'on a parfois du mal à voir certaines scènes tellement c'est degeulasse et répugnant.

Conclusion:
Donc satire, entre Groland et MTV, ce film reste flou sur les scènes de caméra cachée et sur le scénarisé, ce qui fausse, et énerve assez le spectateur, mais cette comédie bourrin, reste dans l'ensemble franchement drôle.



Question pour interview de Priscilla Ahn

Pour les ignorants pas heureux, de ne pas connaitre la belle Priscilla, c'est celle présent sur la photo ci-dessus.
Il s'agit entre autre d'une de mes artistes préférées qui est en train de monter de se dresser une réputation d'enfer dans le monde très fermé de la musique indépendente. Enfin en ce qui me concerne elle n'a plus rien à me prouver.

Ce qui me plait énormement chez cette femme, c'est qu'elle reste très humble et à bien voulu répondre à une interview. Mais pour celà il me faudrais des idées de questions donc je vous demande de poster ce que vous voudriez connaitre sur la jolie Priscilla Ahn



Joanna Newsom - Ys

1. "Emily" – 12:07
2. "Monkey & Bear" – 9:29
3. "Sawdust & Diamonds" – 9:54
4. "Only Skin" – 16:53
5. "Cosmia" – 7:15

Déjà auteur, compositeur et chanteuse du très bon The Milk-Eyed Mender, la petite Joanna Newsom a enregistré son nouvelle album intitulé Ys et qui est composé de seulement 5 titres.
Je dirais que le contenu est aussi original que l'emballage, en effet, l'album est constitué de 5 titres qui ont pour durée de vie entre 7 et 17 minutes se qui s'avère un format très atypique pour un album de musique, autre que classique.

Lorsque l'on écoute l'album pour la toute première fois, on saisit très vite que l'on est devant un OVNI total du monde musical pop/folk, new folk, mais aussi vite, on se rend compte à quelle point sa voix harmonieuse et enchanteuse nous touche au plus profond. Emily surment le titre le plus accompli et peu-être le plus accéssible de l'album est d'une beauté imparable, restera grâver à jamais dans ma mémoire, entre ses variations vocales délicieusement mélodiques et la présence presque unique d'une simple harpe, on se croirait dans un monde féérique. Ce côté hyper décalé m'a plus directement comme chez Cocorosie.

C'est vraiment un style a part que nous propose l'atypique Joanna Newsom, il suffit d'écouter Monkey & Bear pour retomber en enfance, puisque le titre ressemble étrangement à une bande sons d'un Disney, mais alors les sujets abordés par l'artiste sont loin d'être naifs, elle nous explique juste sa vision du monde, joyeuse.
Autant dire que à seulement 24 ans, miss Newsom, native de Californie a su créer un style musical à part qui fait de cette album un des plus apréciable de cette année bien que l'accroche soit assez difficile, l'univers surment trop "freak" pour la plupart des français, mais pourtant c'est un album plein de coeur, rempli d'émotion. Ceci grâve à sa voix tressaillante, chavirante qui chante des mélodies intelligements choisient qui ne laisse place à l'imperfection.

Voilà comment la Californienne justifie la moyenne extraordinaire de 11 minutes le titre: «Si j'avais pris en compte ce genre de paramètres, j'aurais tout arrêté. J'ai composé Ys en fonction de mes désirs et non de ce que les gens avaient prétendument envie d'entendre. La durée de mes chansons correspond aux histoires que je veux raconter, aux textes qui y sont essentiels. De mes études de composition, j'ai gardé le goût des formes longues. Elles sont naturelles, le seul moyen de développer des idées. L'année qui a précédé ce disque a été difficile. Des choses douloureuses ont eu lieu. L'écriture a été une manière poétique de réorganiser ce chaos.».
En parlant de longueur importante le titre Only Skin introduit astucieuse un violon qui donne une envergure peut-être plus accrocheuse à ce titre de 17minutes qui pourtant s'écoute comme le plus légé des titres alors que l'histoire conté reste aussi profonde que les autres, passant par des phases sombres.

Conclusion:
Au revoir toute cette cacophonie d'instrument que cette pseudo chanteuse utilise pour cacher leur manque de talent, dans ce Ys, Joanna Newsom a compris que l'auditeur veut simplement une musique originale qui raconte quelques choses d'originales, seulement en plus de celà, l'artiste y rajoute un trop plein d'émotion qui déborde de l'album.
Devenu un de mes albums de prédilections, il est pourtant très dure à aprécier car surment trop spécial.

L'upload de l'album se fera j'espère rapidement en attendant voilà Joanna Newsom - Emily.



Brett Dennen - Brett Dennen

1. Blessed
2. Desert Sunrise
3. All We Have
4. By & By
5. Make the Most
6. Don't Forget
7. Just Like the Moon
8. When I Go
9. Nothing Lasts Forever
10. Oh the Glorious
11. Day by Day

Mille excuses! J'avais réalisé une mauvaise documentation, et j'avais annoncé ce Brett Dennen comme son album le plus récent, et grosse il s'agit bien de son premier album sortie en 2004-2005 qu'il intitula avec beaucoup d'humilité: Brett Dennen. Mais alors c'est bien le seul reproche que l'on peut faire à son album, car malgré un nom qui manque cruellement d'originalité, le contenant est tout à fait différent, et c'est à coup de mélodie que l'album vous offre des nouvelles claques à chaques nouvelles musiques.

Le chanteur à la voix si particulière tappe très fort, mais alors très fort avec ce premier opus, on a le droit à un disque rempli de "seulement" 11 tracks mais toutes sont particulière et surtout ont toutes leurs histoires. Pour ceux qui aurait leur oreilles "vierges" à la musique du Brett, on peut le comparer au plus grand en passant par Tracy Chapman pour la voix, Paul Simon, Bob Dylan ou encore Jack Johnson pour son jeux de guitare tout particulier.
Ce petit rouquin au origine inconnu puise son inspiration dans les grands espaces, et rempli son disque de mélodies joyeuses et surtout d'hymne à la joie, il suffit d'écouter le tubesque: Blessed, où il ose dire: "I'm gonna celebrate beeing alive!".

Après cette première track pleine de vie, Brett Dennen nous compose une chef d'oeuvre, tout en retenu, Desert Sunrise qui rappelle obligatoirement le grand John Mayer avec ce rythme lent et le mélange entre une guitare et une voix assez féminine mais qui porte une force d'impact incroyable.
Ce petit a "le petit truc" qui fait que l'on garde le sourire tout au long de l'album et, c'est surtout pour ces mélodies très folk/pop qui vous séduiront et qui surtout s'imprimeront à jamais dans votre mémoire et qui accompagneront vos journées. Et oui il n'est pas rare que je me mette à marmoner du Brett Dennen en plein milieu de cours de physique...

Enfin, il ne faut pas croire que ce jeune homme de seulement 26ans se contente de vous faire rêver d'espace vert durant tout l'album, non non, avec Just Like the Moon, c'est l'amour que je ressent tout comme dans: Nothing Lasts Forever; mais alors comme Speechwriters LLC les textes ne tombent jamais dans le niais.

Pour argumenter ma critique, je ne ferais que quelques quotes, mais pas de n'importe qui:
"This is that rare and wonderful thing - a brilliant debut album from a mature young artist with a sound like nothing you have ever heard." - Michael Devlin for Music Matters
"A beautiful and spirited record. Instantly likeable." – John Mayer
"Brett Dennen is the performer we've been awaiting for far too long: a singer-songwriter who might be the missing link between our hopes and a time when musicians just tried to sing the truth, even if it made folks uncomfortable…He’s something special." - The Herald, Seattle
"Brett Dennen is on my very short list of artists to watch. So Much More is a joyous dance - deliciously steeped in hope, faith and unconditional love." - Chris Douridas, KCRW

Conclusion:
Vous l'aurez surment compris, on est devant un des artistes qui est arrivé à conquérir mon coeur, et celà en seulement une petite semaine, tout simplement du jamais vu.
Sa musique respire la bonne humeur, mais pourtant sa voix très "Chapmanesque" chamboule quelques choses dans mon coeur de pierre.
Incomparable, mais celà ne l'empêche de rester très simple et de produire une musique de qualité et surtout un album tout à fait magnifique, un de ces albums qui DOIT être dans votre discographie, et c'est bien pour celà que je vous le propose en ddl:

Liens pour télécharger: Brett Dennen - Brett Dennen

Je veux des remerciements et des impressions sur mon nouveau petit protégé.



1 2 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap