Des Révélations, bons pronostiques?

Je m'excuse, je n'avais aucunes idées de la façon de nommer mon post qui sera en fait, un simple récapitulatif du succès mitigé ou non des différents artistes cités ici.
A vrai dire, ce post me sert uniquement de piedestal pour montrer à quel point j'ai eu bons goûts tout au long de l'année, et comment j'ai fait pour découvrir autant d'artistes :).
Sérieusement, c'est pour vous montrer ce que son devenu les différents artistes, leurs projets, et leurs déclarations d'amours à mon égart.

Commençons inévitablement avec l'impulsion, celle qui est à l'origine du blog, n'ayons pas peur de le dire, il s'agit Imogen Heap.
Il s'agit d'une des seules artistes où je peux affirmer que c'est bien moi qui l'ai découverte. Pour la petite anecdote, ma petite Immi a failli ne pas se tourner vers la musique, en effet, jusqu'à l'âge de 12 ans, mini Immi n'avait d'oeil que pour son mac où elle programmait, bien heureusement elle a viré et à donner naissance à des heures et des heures de mélodies ensorceuleuses.
Bon pour ce qui est de son avancement, on peut dire que c'est l'année Imogen Heap. C'est The O.C qui est à l'origine de se succès (je me plais à dire que flouz.info y est pour quelques chose aussi mais bon...), puisque Hide & Seek fait partie de la B.O de la série californienne. Et là c'est l'explosion, des singles qui sortent à foisons chez les anglais, la même frénésie chez les americains, où même Speak For Yourself est demandé par tout le monde. Imogen tellement apprécié, que son premier album I Megaphone est rééditée et remis en vente outre atlantique. Mais c'est aussi l'année des duos pour la petite, je ne reviendrais pas sur les nombreuses musiques inédites, un post y a déjà été dédié. Mais le plus impressionnant c'est que la chanteuse a su gardé la tête froide et c'est sans complexe qu'elle a fait un long voyage au Kenya pour trouver l'inspiration pour son nouvelle album non encore annoncé. Stop me direz-vous, et non la consécration n'est pas terminé, j'ai l'honneur de vous annoncez que Imogen Heap est nominée non pas une fois, mais deux fois au Grammy Awards, dans la cathégorie "Best New Artist" (normal) et "Best Song Written For Motion Picture, Television Or Other Visual Media (Cant Take It In from The Chronicles of Narnia – The Lion, The Witch & The Wardrobe)".

Complètement inconnu il y a 1 ans, Joshua Radin a su me séduire par sa simplicité, et sa guitare, et sans oublier ses mélodies tristes. Mais d'après le nombres de téléchargements de We Were Here sur mon site, je ne suis pas le seul à être tombé amoureux du beau brun, ami intime de Zach Braff. Et il faut dire que son tout nouveau succès, oui parcequ'il multiplie les émissions télés, et radios, sans oublier les lives, est du en grande partie à ce dernier, qui lui a simplement offert une petite place dans la Bande Son de Scrubs, de The Last Kiss. Cette musique classée dans le "indie pop/folk", n'a pas encore connue le succès qu'il lui est dû, et alors que 2006 était l'année Immi, 2007 sera l'année Jojosh. Pour ce qui est de ses futurs projets, je m'en excuse mais je n'ai occunes nouvelles.

Racahel Yamagata et Tristan Prettyman sont dans les studios et leurs nouvels albums respectifs ne devraient pas tarder, et son fixés pour 2007. Auriez-vous aussi hate que moi?

Durant, cette année je vous ai introduit plusieurs artistes qui ont fini par percer (plus ou moins il est vrai) en France, Panic! At The Disco, dont j'ai plutôt changer d'avis sur le contenu de l'album... Oulo, après j'ai la flèmme de checher donc si vous trouvez :) !

J'ai oublié bien des artistes, mais je viens de prendre un grand coup de flemmardise et je vais fermer la marche avec The Weepies dont le succès reste inexistant en France, mais presque perceptible chez nos voisins les Belges. The Weepies c'est le groupe omniprésent dans les B.O de séries pour adolescents (The O.C, Frères Scoots, Scrubs, Grey's Anatomy...). Aucuns albums de prévu, dommage ! J'adore !

Pour l'année prochaine, je souhaite un Brett Dennen connu en France, je voudrais un nouvel album des GIGANTISSIME Speechwriters LLC, et pourquoi pas un petit Open Hearts moins médiatisé que son dernier film.

Si vous souhaitez complèter ce post non terminé, n'hésitez pas les commentaires sont là pour celà.



Kate Havnevik - Melankton

1. Unlike Me
2. Travel In Time
3. I Don't Know You
4. Not Fair
5. Nowhere Warm
6. You Again
7. Serpentine
8. Kaleidoscope
9. Sleepless
10. Suckerlove
11. Se Meg
12. New Day

Norvègienne, et déroutante, Kate Havnevik se destinait plutôt pour le jazz, classique, mais à l'âge de 14 ans elle décide de basculer et se lance dans un groupe féminin de punk. De cette union naitra un album dont je ne souhaite pas en connaitre plus, mais il fallait le mentionner. Il faut dire qu'avec deux parents qui sont musiciens professionnels, la petite Kate ne pouvait que tomber dans cette passion qu'est la musique, et il faut l'avouer pour notre plus grand plaisir. Enfin le mien.
A propos de son album Melankton (Rose Noire), on peut le classer dans la pop/electro très similaire à un certain Speak For Yourself de la timide Imogen Heap. Comparaison dûre à honorer, puisqu'il est vrai que l'album est certainement pas aussi pousser, aussi beau mais l'ambiance, et les musiques alléchantes se bousculent plus ou moins tout au long du CD. On commence honorablement avec Unlike Me, très électro, avec une voix très étrange, je dirais profonde qui cache un sentiments de solitude (simple supposition...), d'un tempo lent, ce titre fait office d'ouverture pour pouvoir pénétrer dans l'univers très intimiste. Ensuite on a le droit à un mélange de mixage électro et d'instruments traditionnels qui donnent la particularité à l'album et qui lui permet d'être mentionné ici.

Le très féérique I Don't Know You montre un certain talent de composition alors que Nowhere Warm permet d'exposer ses capacités vocales. Quant à l'étonnant Someday, on est en pleine fanfar, aucune peur d'assembler le violon, au trompette, avec sa voix. Sa musique sonne juste, sonne vraie, néanmoins si on a un reproche à lui faire, c'est que sa musique est peut-être trop complexe. Un defaut pour moi, qui est sûrement un atout pour d'autre, mais j'ai l'impression qu'elle veut trop en faire à certain moment, comme pour Not Fair, malgré ce fond sonore attractif, sa voix trop électronisée me gène un peu, de plus pour le titre Speepless, j'ai l'impression qu'il est tout de suite tiré de l'album de mon Imogen Heap, trop inspiré à mon goûts.

Par contre il y une parcelle de l'album qui m'enchante, cette partie sombre, très carcérale, apportée par Suckerlove entre autres, est déroutante, l'ambiance est parfois trop forte, trop oppréssante, jusqu'à aller à l'insupportable. Implacable, j'adore ! :) !< p/>

Voilà, encore un album où j'ai du mal à être objectif, mais il faut dire que la musique n'a rien d'objectif. Donc ce Melankton est bon, car il sait créer son ambiance, son univers, mais par contre il souffre inévitablement de la comparaison avec le très grand et incontestable Speak For Yourself.
J'hésite encore à l'envoyer sur le ftp, mais vu qu'elle fait partie de la liste très fermée des artistes qui ont concrétisé à la bande son de Grey's Anatomy son album est alors plus très difficile à se procurer... Si j'ai le temps, je l'enverais sinon, achetez le !



José Gonzalez - Veneer (ddl)


1. Slow Moves
2. Remain
3. Lovestain
4. Heartbeats
5. Crosses
6. Deadweight On Velveteen
7. All You Deliver
8. Stay In The Shade
9. Hints
10. Save Your Day
11. Broken Arrows

José Gonzalez. Comme son nom ne vous l’indique pas, le garçon est suédois (d’origine argentine). Baignant dans la culture latino-américaine dès son plus jeune âge, il en tire son jeu de guitare si particulier, un jeu où il essaye d'être en harmonie avec son instrument et d'en retirer avec délicatesse le maximum. Comme ça, il ne vous dit sans doute rien. Mais vous n’avez sans doute pas pu résister à ses arpèges magnifiques, à sa voix profonde, à cette ballade douce et légère qui sert de bande-son à la pub Sony Bravia. Vous savez, celle où des milliers de bulles de colorées dévalent en sautillant les pentes de San Francisco. Sans doute l’une de mes pub préférées. Et bien la chanson qui l’accompagne est la reprise de Heartbeats par José Gonzalez (originellement chanté par un groupe électro-pop suédois, The Knife). Et si vous avez vu ce spot, nul doute que comme moi, vous êtes tombé sous le charme de José Gonzalez et de cette ballade aussi aérienne que ces milliers de bulles rebondissantes.


Heartbeats est sans nul doute le titre phare de l’album. Mais le reste de Veneer poursuit dans cette même lignée. Un album plein de mélancolie, de douceur, de mélodies inoubliables, de tristesse magnifique… Peu de songwriters écrivent de si belles chansons, peu manient aussi bien les arpèges de guitares et peu rendent tout simplement une guitare folk aussi hypnotique. José Gonzalez réussit à nous entraîner dans au autre monde, un monde dans lequel un homme avec sa seule guitare parvient à faire jaillir les émotions, par la seule force de sa personnalité, un monde pas forcément meilleur, mais un monde différent, un monde dans lequel la musique n’est pas tout à fait semblable. Une parfaite alchimie entre l’artiste et son instrument, une impression de communion, qui est à l’origine d’un album somptueux, qui s’avérera bien vite indissociable de vos peines, de vos joies, de votre vie.


Et pour reprendre la conclusion d’un certain Head, avec José Gonzalez, on tient là un exemple de modestie et d'authenticité musicale, loin des formats imposés aux artistes, qui à l'écoute nous fait re-confirmer une chose : ces pantins télévisuels qui hantent les châteaux ou autres castings sont vraiment en carton. On se dit également que l'artiste, c'est celui qui sait en dire le plus avec le minimum de moyens. José Gonzalez est de ceux-là.


Je vous file Veneer en ddl car je sais qu'il est très dur à trouver en France, mais sachez que celui-ci sera retiré du serveur le 07 janvier au soir, sauf contre-ordre du Big Boss. Par ailleurs, vous trouverez 3 titres de Veneer dans la radioblog, à savoir Save Your Day, Crosses et le sublime Heartbeats.



Nerina Pallot - Fires

1. Everybody's Gone To War
2. Halfway Home
3. Damascus
4. Idaho
5. Learning To Breathe
6. Mr King
7. Geek Love
8. Sophia
9. All Good People
10. Heart Attack
11. Nickindia

Titulaire d'un disque d'or chez les Anglais, Nerina Pallot a su me séduire par une musique douce, très portée vers la ballade. Née à Londres il y a 31 ans, la chanteuse s'inspire volontiée de la littérature qu'elle adore, et pour preuve, ces textes ont mêmes jusqu'à été qualifiés d'"intelligents", une qualité tellement rare dans le hit parade, dont elle fait fièrement parti.
Sa musique est remplie de mélancolie et sa voix grâve qu'elle se donne pour certain titre comme Damascus, me donne l'impression qu'elle est sans cesse insatisfaite. En outre malgré l'apparence "fleur bleue" des mélodies, son écriture est forte, houleuse.

(un peu pâlotte sur cette photo?)

L'album commence par Everybody's Gone To War, sûrement le titre far de l'opus, j'ai du mal à accrocher, je le trouve trop pop/rock, enfin une sauce à la Emma Daumas, et l'autre pseudo squateuse dont j'ai oublié le nom, qu'importe ! Pour lui offrir que des comparaisons mélioratives je me plais à lui trouver des similitudes avec Sheryl Crow dont elle a fait la première partie et à Natalie Imbruglia dont je préfère son rôle sur scène qu'au cinéma :). Alors que ce côté peut-être commercial du début d'album peut déplaire, celui-ci tire sa force et mon admiration du reste, de ses ballades sombres, et ténébreuses.

Ainsi avec Sophia, mon titre préféré, on tappe dans le lourd avec un piano ajusté a merveille à sa belle voix, aussi timide que charmeuse. Je me demande bien qui peut-être cette Sophia que je m'aime à présent, puisqu'elle est à l'origine d'une chanson fabuleuse. Avec Mr King, j'ai l'impression d'entendre Keane, mais qu'importe, cette chanson féérique me plait énormément, elle me décrit clairement, un peu à la manière de Priscilla Ahn avec son Dream, un espace immense ou règne sérénité et joie :).
Geek Love, et non Geek in the Pink, bien que la comparaison ne soit pas désagréable, est le titre qui la rapproche le plus de Anna Nalick.

Mais le plus gros charme de l'album, c'est cette passion, cette angoisse, ce flot d'émotion qui ressort des différentes chansons, il y a à la fois de la joie, mais il ne faut pas oublier que le texte évoque à différent endroit la mort, et la dépression. Fires est donc l'album très personnelle, d'une demoiselle qui est sorti d'un cap difficile dans sa vie, et qui souhaite simplement finir ses études de littérature qui lui permettent ces textes pleins de vérités.
Je suis foncièrement content de voir qu'une chanteuse "grand publique" est capable de faire de la bonne musique, la pop intelligente existe assurement, et Nerina Pallot mérite toute votre admiration.

Je n'enverais pas l'album, pour ceux qui n'attendent que ça pour l'écouter c'est bien dommage vous passez à côté d'un album plein de vie, et pas rose. Loin de s'apitoyer sur son sort, j'en ferais autant et par contre je vous propose Sophia, Mr King, Geek Love.



Mes 5 véritées qui en fait en contiennent plus que ça...

A mon tour de me lancer dans ce super jeu des 5 vérités...

  • En tant que voix suisse de ce blog, comment ne pas commencer par le traditionnel cliché qui me caractérise pourtant à merveille : Je suis passionné par les grandes montres (pas par la taille…) et voue un culte éternel au Roi Chocolat et à ses environs 800 grammes hebdomadaires qui finissent pour mon plus grand plaisir dans mon estomac… :p
  • Je suis chatouillophobe ! Je suis en effet porteur de la terrible maladie du chatouillis-du-Diable qui frappe de manière soudaine dès que l’on tente ne serait-ce que de me frôler du regard (très violent je vous le dis…)
  • Je déteste les gens qui détestent les gens qui détestent qu'on leur jette la fumée à la gueule ! Na !
  • Je suis maladivement accro à One Tree Hill, autrement connu sous le stupide nom de Les Frères Scott dans l’Hexagone. A tel point qu’à force d’avoir regardé et re-regardé les épisodes qu’il y a eu jusque à maintenant, je suis pratiquement en mesure de dire, lorsque j’entends une chanson, dans quelle scène elle est utilisée… Accro je vous dis...
  • Enfin, je suis un goinfre et adore également faire des expériences culinaires pour le moins spéciales… (en gros prendre tout ce qui me passe sous la main et le mélanger) Je suis en perpétuelle création, mais rares sont ceux qui adoptent mes recettes. Si jamais, ne passez pas à côté du relativement classique et pourtant délicieux : pâtes, Ketchup, gruyère (ou parmesan) râpé, aromate en poudre (Knorr de préférence) et la petite touche de douceur symbolisée par un Kiri écrasé au milieu de l’assiette et mélangé au contenu. Enjoy ! Note : ne pas oublier de faire d’abord un peu chauffer au micro-ondes sans le fromage et ensuite, quand c’est juste tiède, rajouter le fromage, afin qu’il puisse juste fondre et lier les pâtes entre-elles… Testé et approuvé ! xD

Et apparament, je pourrais également ajouter que je suis quelqu'un qui s'exprime toujours de façon très concise...



And the winner is...

Un grand merci à TiBlond pour la vidéo. Au passage je tiens à conseiller ce beau blog, aussi esthétique que riche.
Je n'es qu'une chose à dire: "pourquoi prendre une Clio quand on peut choper une Mustang !"



1 2 3 4 5 6 7 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap