Kate Havnevik - Melankton

1. Unlike Me
2. Travel In Time
3. I Don't Know You
4. Not Fair
5. Nowhere Warm
6. You Again
7. Serpentine
8. Kaleidoscope
9. Sleepless
10. Suckerlove
11. Se Meg
12. New Day

Norvègienne, et déroutante, Kate Havnevik se destinait plutôt pour le jazz, classique, mais à l'âge de 14 ans elle décide de basculer et se lance dans un groupe féminin de punk. De cette union naitra un album dont je ne souhaite pas en connaitre plus, mais il fallait le mentionner. Il faut dire qu'avec deux parents qui sont musiciens professionnels, la petite Kate ne pouvait que tomber dans cette passion qu'est la musique, et il faut l'avouer pour notre plus grand plaisir. Enfin le mien.
A propos de son album Melankton (Rose Noire), on peut le classer dans la pop/electro très similaire à un certain Speak For Yourself de la timide Imogen Heap. Comparaison dûre à honorer, puisqu'il est vrai que l'album est certainement pas aussi pousser, aussi beau mais l'ambiance, et les musiques alléchantes se bousculent plus ou moins tout au long du CD. On commence honorablement avec Unlike Me, très électro, avec une voix très étrange, je dirais profonde qui cache un sentiments de solitude (simple supposition...), d'un tempo lent, ce titre fait office d'ouverture pour pouvoir pénétrer dans l'univers très intimiste. Ensuite on a le droit à un mélange de mixage électro et d'instruments traditionnels qui donnent la particularité à l'album et qui lui permet d'être mentionné ici.

Le très féérique I Don't Know You montre un certain talent de composition alors que Nowhere Warm permet d'exposer ses capacités vocales. Quant à l'étonnant Someday, on est en pleine fanfar, aucune peur d'assembler le violon, au trompette, avec sa voix. Sa musique sonne juste, sonne vraie, néanmoins si on a un reproche à lui faire, c'est que sa musique est peut-être trop complexe. Un defaut pour moi, qui est sûrement un atout pour d'autre, mais j'ai l'impression qu'elle veut trop en faire à certain moment, comme pour Not Fair, malgré ce fond sonore attractif, sa voix trop électronisée me gène un peu, de plus pour le titre Speepless, j'ai l'impression qu'il est tout de suite tiré de l'album de mon Imogen Heap, trop inspiré à mon goûts.

Par contre il y une parcelle de l'album qui m'enchante, cette partie sombre, très carcérale, apportée par Suckerlove entre autres, est déroutante, l'ambiance est parfois trop forte, trop oppréssante, jusqu'à aller à l'insupportable. Implacable, j'adore ! :) !< p/>

Voilà, encore un album où j'ai du mal à être objectif, mais il faut dire que la musique n'a rien d'objectif. Donc ce Melankton est bon, car il sait créer son ambiance, son univers, mais par contre il souffre inévitablement de la comparaison avec le très grand et incontestable Speak For Yourself.
J'hésite encore à l'envoyer sur le ftp, mais vu qu'elle fait partie de la liste très fermée des artistes qui ont concrétisé à la bande son de Grey's Anatomy son album est alors plus très difficile à se procurer... Si j'ai le temps, je l'enverais sinon, achetez le !



José Gonzalez - Veneer (ddl)


1. Slow Moves
2. Remain
3. Lovestain
4. Heartbeats
5. Crosses
6. Deadweight On Velveteen
7. All You Deliver
8. Stay In The Shade
9. Hints
10. Save Your Day
11. Broken Arrows

José Gonzalez. Comme son nom ne vous l’indique pas, le garçon est suédois (d’origine argentine). Baignant dans la culture latino-américaine dès son plus jeune âge, il en tire son jeu de guitare si particulier, un jeu où il essaye d'être en harmonie avec son instrument et d'en retirer avec délicatesse le maximum. Comme ça, il ne vous dit sans doute rien. Mais vous n’avez sans doute pas pu résister à ses arpèges magnifiques, à sa voix profonde, à cette ballade douce et légère qui sert de bande-son à la pub Sony Bravia. Vous savez, celle où des milliers de bulles de colorées dévalent en sautillant les pentes de San Francisco. Sans doute l’une de mes pub préférées. Et bien la chanson qui l’accompagne est la reprise de Heartbeats par José Gonzalez (originellement chanté par un groupe électro-pop suédois, The Knife). Et si vous avez vu ce spot, nul doute que comme moi, vous êtes tombé sous le charme de José Gonzalez et de cette ballade aussi aérienne que ces milliers de bulles rebondissantes.


Heartbeats est sans nul doute le titre phare de l’album. Mais le reste de Veneer poursuit dans cette même lignée. Un album plein de mélancolie, de douceur, de mélodies inoubliables, de tristesse magnifique… Peu de songwriters écrivent de si belles chansons, peu manient aussi bien les arpèges de guitares et peu rendent tout simplement une guitare folk aussi hypnotique. José Gonzalez réussit à nous entraîner dans au autre monde, un monde dans lequel un homme avec sa seule guitare parvient à faire jaillir les émotions, par la seule force de sa personnalité, un monde pas forcément meilleur, mais un monde différent, un monde dans lequel la musique n’est pas tout à fait semblable. Une parfaite alchimie entre l’artiste et son instrument, une impression de communion, qui est à l’origine d’un album somptueux, qui s’avérera bien vite indissociable de vos peines, de vos joies, de votre vie.


Et pour reprendre la conclusion d’un certain Head, avec José Gonzalez, on tient là un exemple de modestie et d'authenticité musicale, loin des formats imposés aux artistes, qui à l'écoute nous fait re-confirmer une chose : ces pantins télévisuels qui hantent les châteaux ou autres castings sont vraiment en carton. On se dit également que l'artiste, c'est celui qui sait en dire le plus avec le minimum de moyens. José Gonzalez est de ceux-là.


Je vous file Veneer en ddl car je sais qu'il est très dur à trouver en France, mais sachez que celui-ci sera retiré du serveur le 07 janvier au soir, sauf contre-ordre du Big Boss. Par ailleurs, vous trouverez 3 titres de Veneer dans la radioblog, à savoir Save Your Day, Crosses et le sublime Heartbeats.




Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap