Flouz.info victime de son succès.

Ce bon vieux site (qui en passant cherche un logo), subit les revers d'un succès naissant. En effet, après plus d'un ans de création, le site accueille plus de 1200 visites uniques quotidiennes, et de ce fait mon hébergement mutualistico-amateur est un poil surchargé. Loin de là l'idée de vous soutirez de l'argent, mais ce post à pour ambition de me permette de m'excuse personnellement pour la manque de qualité de l'hébergement et les bug qui viennent en même temps.
Si vous ne l'aviez pas remarquer flouz.info à été indisponible pendant près de 2h aujourd'hui durant la pose de midi, ce qui m'a énormément ennuyé car j'ai tout de suite craint que mon site soit supprimé :(.
De plus, ma base de donnée mysql est pleine complètement :( ; rempli au rabord par les commentaires alors il se peut que je supprime des commentaires mais que ceux inutile à propos de Prison Break, car l'ambiance qui reigne sur cette page ne reflète pas du tout le reste du site enfin je l'espère.

Encore désolé des désagrément, j'espère pouvoir combattre efficacement les spammeurs qui envahissent mon site et qui usent à mon avis une grande partie de ma bande passante inutilement.



Mon Dell Inspiron 6400 sous Ubuntu

Un nouveau petit post sur ma petite vie, et surtout sur mes petits désagréments...
Si vous ne le saviez pas, j'ai eu la "chance" d'investir dans un ordinateur portable qui n'est autre qu'un Dell Inspiron 6400, avec en gros 1GO de ram, 1,66Ghz core deux duo (un nom barbare pour dire que ça tourne pas trop mal), et un disque dure de 80GO. Enfin rien d'exceptionnel, mais rien de pitoyable pour autant, mais n'empêche qu'à la réception de mon petit cadeau (offert par moi-même), j'ai presque tout de suite installer linux, et qui plus est: Ubuntu. Une distribution familiale, très sobre, et bien évidemment facile d'accès.
Ravis, l'installation est passé au poil, avec seulement 15 minuscules minutes pour installer l'OS, et se retrouver sur un bureau Gnome. Et jusqu'ici, rien d'exceptionnel, je l'ai déjà fait, sans problème, cependant il y a toujours ce "connard" de sagem fast 800 (mon modem adsl) qui chie, et qui est impossible à installer...
Je crains, et je me plains à dire que ce putain de modem aura ma peau, et c'est donc dans ce désarrois, et passant par le fil réseau de mon vieil ordinateur que je peux fièrement, et assez piteusement vous assurez que j'ai rédigé ce post sous Ubuntu.

C'etait donc un post d'une utilité contestable, mais qui permettera peut-être à quelques ésotériques de me montrer la voie afin de soumettre ce "putain" de sagem fast 800 à ma volonté !



Before Sunrise

Synopsis:
Celine, une étudiante française, fait la connaissance du jeune Américain Jesse dans le train qui relie Budapest à Vienne. Ils tombent amoureux et vivent une romance passionnée dans la capitale autrichienne.

Critique:
Un bon film, tout comme sa suite que j'avais malheureusement et malencontreusement visionné avant celui-ci. Si vous ne vous souvenez pas de Before Sunset (la suite), moi je m'en souviens très bien, et c'est avec plaisir que j'ai pu retrouver les deux personnages principaux toujours aussi séduisant, et intélligent.
Oui parcequ'une fois n'est pas coutûme, Richard Linklater (le réalisateur) compose ici un petit chef d'oeuvre, qui reflète parfaitement la découverte idéale, le coup de coeur, ou plus simplement le coup de foudre, et c'est cette simplicité qu'y est retranscrit dans la réalisation qui me plait énormément. Les dialogues sont étonnent de créativité et de réfléxions philosophiques un peu à l'image de ceux de A Scanner Darkly du même réalisateur.
On peut certainement critiquer le côté surfait des dialogues, mais ce serait inutile puisque le film se moque de lui même. Je n'arrive pas à mieux retranscrire les sensations que m'ont procuré ce petit chef d'oeuvre, mais ce n'est que du bon, et que du mélioratif.

Conclusion:
Un des plus belles, et surtout une des plus intelligentes comédies romantiques que le cinéma est pu avoir, il est donc essentiel de le voir, et de voir la suite: Before Sunset. Je me sens assez pitoyable d'avoir fait un commentaire si haché, si imparfait pour décrire un film qui m'a tent plus, et j'espère que ces quelques mots vous convainqueront de procéder au visionnage du film.



How I Met Your Mother sur Canal + (Comment je l'ai rencontrée)

Série incontournable pour ma petite personne, j'espère de tout coeur que c'est de même pour vous. Hilarant, désopillant, un cousin proche de Friends, l'univers de la série à marjorité urbain plait énormement car il permet de s'identifier facilement à l'un des 5 personnages principales.
How I Met Your Mother sera donc prochainement diffusée sur la chaine cryptée sous un nom très francisé: Comment je l'ai rencontrée. Vous l'aurez compris, je n'apprécie pas beaucoup que les dirigeants de Canal + aient pris la facheuse décision de changer le nom de cette série mytique.

C'est donc donc une news mitigée qui me plait parceque le publique français aura enfin la chance de connaitre la défairlante: Barney aussi classieux, que drôle ou sexy.

A ne pas loupez, à découvrir, à savourer... Une série qui a sûrement comblé pour ma part, la disparition de Malcolm.

Faites comme moi signez la pétition pour garder le titre original: http://www.petitiononline.com/himymfr/petition.html



Microsoft pas si rat que celà...

Et voilà qu'en faisant ma petite tournée de mes sites d'informations, j'apprends que Microsoft et plus précisement Zune (le lecteur mp3 qui a pour but de concurrencer le générationnel iPod de Mac) offre des titres en téléchargement légals et gratuit. Je peux en compter 35. J'étais d'abord intrigué, à vrai dire j'y croyais pas vraiment, je restais dubitatif.
Mais je me rend sur le site et c'est avec joie que je constate que l'article ne mentait pas, mais il avait surtout oublier de dire que les titres que propose la firme de Seatles sont loin d'être mauvais.

D'abord, il y a le titre de Sufjan Stevens intitulé The Henney Buggy Band, vous vous rappelez du petit prodige dont je ne peux m'empêcher de couvrir d'éloge. Oulo ça ne s'arrête pas simplement à cet artiste d'exception, j'atteste qu'il y a Spoon, mais aussi Tegan & Sara (omniprésent dans Grey's Anatomy), Josh Ritter, sans oublier les indémodables The Shins, et de nombreux autres qui me paraissent tout aussi bons.
Mais je ne pouvais passer sous silence, un titre qui devrait et surtout devrait devenir l'hymne de ce site: Don't Download This Song. Amusant, d'autant plus qu'on se croirait d'en une chanson de Jean-Jacques Goldman, et je vous laisse écouter les paroles qui sont largement accéssible même pour les internautes à un faible niveau d'anglais...

Merci Microsoft: LIENS: http://www.artistdirect.com/freemp3s



Regina Spektor - Begin To Hope (2006)

1. Fidelity
2. Better
3. Samson
4. On The Radio
5. Field Below
6. Hotel Song
7. Apres Moi
8. 20 Years Of Snow
9. That Time
10. Edit
11. Lady
12. Summer In The City

Comme tout bon post, celui-ci se doit de commencer par une jolie introduction qui a pour but de donner plus ou moins envie de lire la suite du post, qu'il soit interessant ou non. Alors en guise d'initiation, je vais vous présenter assez brèvement la chanteuse Russe. Née durant l'année 1980 à Moscou même, elle va immigrer à l'âge de neuf ans dans le bon vieux Bronx New-Yorkais. Elle va avoir le droit à une bonne éducation musicale avec de solide base en piano.
Inconnu, il y a peu, c'est grâce au Strokes, que Regina Spektor va être découvert et va devenir l'une des plus grandes représentante de l'anti-folk.

L'album commence assez fort, avec un titre très accrocheur intitulé Fidelity, mais c'est le texte qui m'a d'abord emballé. Avec l'omniprésence du "I", elle n'a pas honte de parler d'elle, un peu à l'image de Priscilla Ahn elle nous raconte sa vie avec une simplicité. Ainsi la première phrase de l'album est: "I never love nobody fully", et puis, comme si elle était persuadée que ça n'allait pas lui tomber dessus, le reste de l'album raconte sa tristesse dû à un chagrin d'amour. "You Break My Heart."
Et puis on Samson, dont la mélodie est tellement virvoltante qu'on a du mal à ne pas regarder en l'air... Les paroles là aussi, sont très personnelle, très accès sur l'amour, le début est assez naif ce qui retranscrit l'innocence du sentiment... Que dire à part, que ça voit se mèle très bien avec le reste des instruments sans fausses notes, à l'inverse de On The Radio où sont accents me chagrinent trop les oreilles.

Passsionné par la musique classique, Regina a longtemps commencé à interprêter des morceaux de Chopin, Mozart, et pleins d'autres, aujourd'hui elle interprête ses propres chansons. Et justement son univers assez particulier s'inspire pour une bonne part de cette première passion, mais elle en n'oublie pas pour autant ses origines, qu'elles soient russes ou New-Yorkaise, et tout ce méli-mélo lui a permis de réaliser cet album plein de beauté.

Malheureusement, je ne pourrais pas dire uniquement du bien de ce Begin To Hope, déjà puisque ce qui m'avait fait accrocher à l'album, c'est à dire, ces lamentations amoureuses, finissent par lasser... Heureusement, certains titres arrivent à corriger le tire comme: 20 Years Of Snow, dont le piano impose son tempo à la fois fort, et léger, comme l'univers de Madame Spektor. Ensuite l'album n'est pas homogène, ainsi il ne faut pas s'étonner si certains titres n'attirent pas l'oreille.

Interlude interessante, cette petite russe a su me plaire plutôt rapidement d'autant plus que d'autres artistes se pressent derrière, et avec des titres comme Fidelity, Hotel Song, ce Begin To Hope et sa mère ont tous pour plaire au public français.
Ne demandez pas, je n'uploaderais pas cette album qui est disponible chez vos disquaires.
J'essayerais de mettre deux/trois chansons dans la radioblog.

En attendant un autre post: stay tuned



1 2 3 >


Fatal error: main() [function.require]: Failed opening required 'ecrire/tools/spongestats/stats.php' (include_path='.:/usr/lib/php') in /homepages/44/d213610062/htdocs/blog/index.php on line 64
Sitemap