Des serpents dans l'avion (Snakes on a Plane)

Synopsis:
La mission de l'agent spécial Neville Flynn est simple : il doit escorter un témoin essentiel sur un avion de lignede Hawaï à Los Angeles. L'homme va permettre de faire tomber l'un des piliers de la mafia, après qui Flynn court depuis longtemps. Toutes les précautions ont été prises, mais ce n'est pas assez...
Décidé à ce que le témoin n'arrive jamais au tribunal, le criminel met au point un lâcher de serpents venimeux à bord de l'avion. Ils sont partout, silencieux et mortels. Entre un équipage et des passagers paniqués et un témoin qu'il faut protéger à tout prix, Flynn va devoir se battre pour que l'avion ait une chance d'arriver...

Critique:
Je n'ai pas grand chose à dire sur cette comédie/horreur, mais il faut tout de même signaler que la sauce prend plus ou moins. En effet loin d'être bati sur un scénario digne de ce nom, le réalisateur David R. Ellis arrive à créer un petit soupson de terreur, de tension qui s'efface assez rapidement pour laisser place à un ennui ambiant qui fiche la fin du film en l'air. Je dirais qu'on est en face d'un téléfilm où les acteurs tentent de relever le niveau, mais malgré les frissons jouissifs du départ, les serpents qui font trop faux finissent pas ne plus interessés.

Conclusion:
Petite critique pour un petit film qui n'est pas forcément désagréable, mais qui parait tellement pauvre, et futile par rapport au magique Little Miss Sunshine. On peut toujours y aller pour les quelques seins que l'on perçoit au départ? pas déplaisant !



Jackass number 2 (jackass le film 2)

Synopsis:
Le deuxième volet des cascades et autres défis azimutés de la bande de Johnny Knoxville.

Critique:
C'est avec les larmes aux yeux que j'écris cette critique. Pourquoi? ne vous inquietez pas, je ne fais qu'écouter la B.O de Little Miss Sunshine.
Pour ce qui est du film, il est vrai qu'il fait pâle figure en face du chef d'oeuvre, mais je dois dire que j'ai plutôt été agréablement surpris. En effet, contrairement à Dirty Sanchez, on arrête tout ce qui est scatophile, sadomasochiste, enfin on le reduit et il faut avouer que maintenant les sketches sont beaucoup plus drôle. On assiste plus impuissant à une montagne de cascades où un après l'autre, ils sautent pour ce casser la figure. Non, dans ce deuxième opus, on a plus le droit à des coups montés, à savoir qu'ils piègent beaucoup plus que ce soit les gens dans la rue ou les membres de l'équipes.
Il n'y a pas grand chose d'autre à dire, loin d'être un bon film, il faut mieux l'éviter mais on sent qu'il y a un effort, mais on est toujours dans le mauvais goût :).

Conclusion:
Beaucoup mieux que Dirty Sanchez, ce Jackass Number 2, fait mieux, plus amusant, moins dégueulasse que le premier opus. A vous de juger, ce n'est pas pour autant une ultra surprise, le principe est toujours le même, criticable, ou amusant comme vous voulez !



Little Miss Sunshine

Synopsis:
L'histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son "Parcours vers le succès en 9 étapes". La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l'hôpital après avoir été congédié par son amant.
Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu'à son entrée à l'Air Force Academy.
Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l'Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus...

Critique:
Pardon, j'ai réalisé mon classement des meilleurs films de 2006 trop rapidemment, il manquait celui-ci, non pas vers la fin du classement mais bel et bien en haut, à la première place.
Je ne sais pas réellement par où commencer, il y a tellement de chose à dire à propos de ce chef d'oeuvre, à propos de cette peinture, mais aussi cet opéra mettant en scène une famille, atypique, mais pourtant si vrai, si attendrissante. En effet, on a une famille diverse, avec la petite fillette toute mignonne, qui vasille entre la naïveté et la gentillesse, en face on a le frère joué à merveille par Paul Dano (The Girl Next Door), le grand père, et les parents, sans oublier l'oncle qui vient de faire une tentative de suicide. Enfin, c'est surtout que les acteurs sont au poil, tous sans exception, mais la plus impressionnante reste la petite Abigail Breslin qui se transcende pour interpreter le rôle d'Olive. Chavirante.
Dès la première scène, j'ai su que ce film allait me boulverser, je n'avais jamais ressenti celà depuis le grand Garden State. Ce film est magique, une ressource d'esthétique que ce soit dans la bande son où on a le droit à Sufjan Stevens (honte à ceux qui ne connaitraient pas), qui permet de créer une ambiance incomparable, mais c'est surtout dans la façon de film, le film se transforme en une gigantesque fresque, chaque plan est d'une beautée incroyable, chaque plan m'a fait penser, m'a fait rêver, m'a fait pleurer. Ah, oui, voilà la raison de mon admiration pour ce film, c'est que j'ai craqué à plusieurs reprise, à un point que vous ne pouvez pas imaginez, tellement la féérie imposé par le duo de réalisateur est renversante, et amplie de sentiments que le spectateurs est obligé de ressentir.
Je n'ai plus qu'une envie, c'est le revoir, assurement, sans hésitation le film de l'année.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Beau, regardez-moi ce conflit de couleur traduisant, le conflit des sentiments.

Conclusion:
Ce voyage initiatique est une expérience d'une grande beauté qui vous fera subir tous les ressentiments possibles, sans oublier que l'on rie toutes les 3 minutes.
Ce road trip m'a changé, exactement la conception que j'avais du cinéma, d'autant plus que Little Miss Sunshine n'est que le premier long métrage des deux réalisateurs.

Je suis obligé d'insister mais, allez le voir !



Susie Suh - Susie Suh (ddl)


1. Won't You Come Again
2. Your Battlefield
3. Shell
4. Harmony
5. Seasons Change
6. Light On My Shoulder
7. Lucille
8. Petrified To Be God-Like
9. Recognition
10. All I Want

Pour débuter cette nouvelle année sur de bonnes bases, quoi de mieux qu’une touche de douceur féminine. Aussi ais-je décidé de vous introduire à une artiste que j’apprécie tout particulièrement et que j’ai découverte dans une certaine série avec pleins de Scoots… ;). Susie Suh, puisque c’est d’elle qu’il s’agit (à ne pas confondre avec Siouxsie Sioux, chanteuse de Siouxsie and the Banshees, pas tout à fait le même genre…) est une jeune singer/songwriter américano-coréenne qui œuvre plutôt dans un style se rapprochant de l’alternative/folk-rock. Elle est souvent comparée à des artistes comme Fiona Apple (même si je ne partage pas tout à fait cette opinion), Sarah McLachlan, ou encore Aimee Mann. Son debut album, sobrement et de manière fort originale intitulé Susie Suh, est sorti en 2005, et honnêtement, c’est vraiment un début prometteur qui augure de bien belles choses pour le futur. Toujours est-il que vous feriez bien de vous préparer à tomber sous son charme, et ce, dès la première écoute. Impensable en effet d’imaginer ne pas succomber à au moins une chanson sur cette galette. Il existe une telle diversité dans cet album : certaines chansons sont blues, d’autres jazz, d’autres folk… Que vous aimiez la musique lounge, le folk, le jazz (écoutez Lucille, petit morceau jazzy qui vous ferra immanquablement claquer des doigts), ou si vous appréciez tout simplement tomber sous le charme d’une nouvelle artiste, ce CD est définitivement pour vous.


Susie Suh nous emmène en effet pour un voyage au sein de ses pensées, de ses songes, de son univers, de sa vie. Ses paroles sont donc assez personnelles, car elle désirait son album le plus authentique possible (comme dans Your Battlefield, chanson dans laquelle elle fait référence à la réticence de ses parents concernant sa passion pour la musique, et à la façon dont elle a dut persévérer pour atteindre son rêve : But you say life is a battlefield and you have given me the arms. You say I have to fight I have to keep moving on). Pourtant, son CD nous parle. On se surprend même à penser : tiens, c’est exactement ce que je pense, sauf qu’elle y ajoute la forme. De plus, Susie possède une voix magnifique, enivrante, une voix un peu complaignante, légèrement suave, charmante tout simplement, et elle s’en sert parfaitement pour dévoiler un réel don pour les mélodies, qui donne à ces 10 chansons un atmosphère d’intimité. Son producteur, Glen Ballard (Alanis Morissette, Michael Jackson, No Doubt, excusez du peu…), l’appelle d’ailleurs the quiet storm (littéralement, la tempête calme). Ecoutez, et vous comprendrez pourquoi. Personnellement, j’ai véritablement accroché à son univers, à ses mots qui, bien que simples, sont plein de puissance. Morceaux favoris, Won't You Come Again, All I Want, Shell (à se demander si elle ne lit pas dans nos pensées), Harmony, Seasons Change, et le sublime Light On My Shoulder (ma préférée, mais sans doute parce que c’est la première que j’ai connue et que c’était dans une scène particulière d’une série qui l’est encore plus…). D’ailleurs, j’ai mis Shell, Seasons Change et Light On My Shoulder dans la radioblog.


Après de longues écoutes de cet album, je dirais avec certitude que Susie Suh est une artiste des plus prometteuses, et alors que beaucoup de disques perdent en consistance avec le temps, celui-ci semble au contraire garder de sa superbe. Sa voix est magnifique (chose que je ne retrouve pas forcément chez Fiona Apple), pleine de séduction, et surtout, c’est SA voix. Comprenez par là qu’elle est reconnaissable avec certitude. Enfin, elle parle de sentiments universels, de l’amour et de ses multiples couleurs avec simplicité et honnêteté. Adorable, je vous le dis.

Et voici en cadeau de nouvelle année le debut album de Susie Suh en ddl.



Sitemap