1. Fidelity
2. Better
3. Samson
4. On The Radio
5. Field Below
6. Hotel Song
7. Apres Moi
8. 20 Years Of Snow
9. That Time
10. Edit
11. Lady
12. Summer In The City

Comme tout bon post, celui-ci se doit de commencer par une jolie introduction qui a pour but de donner plus ou moins envie de lire la suite du post, qu'il soit interessant ou non. Alors en guise d'initiation, je vais vous présenter assez brèvement la chanteuse Russe. Née durant l'année 1980 à Moscou même, elle va immigrer à l'âge de neuf ans dans le bon vieux Bronx New-Yorkais. Elle va avoir le droit à une bonne éducation musicale avec de solide base en piano.
Inconnu, il y a peu, c'est grâce au Strokes, que Regina Spektor va être découvert et va devenir l'une des plus grandes représentante de l'anti-folk.

L'album commence assez fort, avec un titre très accrocheur intitulé Fidelity, mais c'est le texte qui m'a d'abord emballé. Avec l'omniprésence du "I", elle n'a pas honte de parler d'elle, un peu à l'image de Priscilla Ahn elle nous raconte sa vie avec une simplicité. Ainsi la première phrase de l'album est: "I never love nobody fully", et puis, comme si elle était persuadée que ça n'allait pas lui tomber dessus, le reste de l'album raconte sa tristesse dû à un chagrin d'amour. "You Break My Heart."
Et puis on Samson, dont la mélodie est tellement virvoltante qu'on a du mal à ne pas regarder en l'air... Les paroles là aussi, sont très personnelle, très accès sur l'amour, le début est assez naif ce qui retranscrit l'innocence du sentiment... Que dire à part, que ça voit se mèle très bien avec le reste des instruments sans fausses notes, à l'inverse de On The Radio où sont accents me chagrinent trop les oreilles.

Passsionné par la musique classique, Regina a longtemps commencé à interprêter des morceaux de Chopin, Mozart, et pleins d'autres, aujourd'hui elle interprête ses propres chansons. Et justement son univers assez particulier s'inspire pour une bonne part de cette première passion, mais elle en n'oublie pas pour autant ses origines, qu'elles soient russes ou New-Yorkaise, et tout ce méli-mélo lui a permis de réaliser cet album plein de beauté.

Malheureusement, je ne pourrais pas dire uniquement du bien de ce Begin To Hope, déjà puisque ce qui m'avait fait accrocher à l'album, c'est à dire, ces lamentations amoureuses, finissent par lasser... Heureusement, certains titres arrivent à corriger le tire comme: 20 Years Of Snow, dont le piano impose son tempo à la fois fort, et léger, comme l'univers de Madame Spektor. Ensuite l'album n'est pas homogène, ainsi il ne faut pas s'étonner si certains titres n'attirent pas l'oreille.

Interlude interessante, cette petite russe a su me plaire plutôt rapidement d'autant plus que d'autres artistes se pressent derrière, et avec des titres comme Fidelity, Hotel Song, ce Begin To Hope et sa mère ont tous pour plaire au public français.
Ne demandez pas, je n'uploaderais pas cette album qui est disponible chez vos disquaires.
J'essayerais de mettre deux/trois chansons dans la radioblog.

En attendant un autre post: stay tuned