La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum)

 Plus trop besoin de présenter la saga mettant en scène Matt Damon dans le rôle de l'amnésique Jason Bourne.
A enfin, on le tient le blockbuster de l'été, efficace, rapide, sans faille, les scènes d'action se succèdent dans un fond de complot gouvernemental.
Les absurdités scénaristiques des précédents opus sont corrigées maintenant on peut savourer ce film hybride entre l'action pure et le thriller politique sans devoir craindre à chaque instant une invraisemblance aussi grosse que Maité.
J'ai été gentillement invité à l'avant-première à Paris par Blogbang, mais n'étant pas de la gran-ville, je ne peux répondre positivement à l'offre qui opérait pour deux personnes (si quelqu'un la veut, c'est le 21 Août, mais il faut voir si je peux donner les invites?).
En tout cas, c'est rapide, terriblement rythmé, et s'appuie sur une réalisation vive qui n'a presque pas de point faible sauf à quelques moments lors des poursuites tout devient trop sacadés (comme pour donner le sentiments qu'on est immergé dans l'action qui submergerait?) qui m'a plus fait ressentir un sentiments d'énervement que de peur...
Après, comble du blockbuster le casting peut se permettre de lever la tête et la tenir haute puisque Matt Damon est bon (et voui); mais il y a aussi David Strathairn assurément crédible en méchant sans scrupule.

Personnellement, c'est pas un chef d'oeuvre mais c'est de loin le meilleur blockbuster de cette année si je ne m'abuse.



The Ex (Zach Braff, Amanda Peet, Jason Bateman)

 Certains ont une passion grandissante pour le monsieur au gros nez, personnellement elle diminue de plus en plus, et c'est pas son nouveau film initialement appelé Fast Track qui y changera quelque chose.
Ce qui m'énerve peut-être le plus chez lui, c'est que Zach Braff a pu touché les fesses des plus belles femmes de la planète (enfin de mon point de vue) et cette fois-ci il ose s'attaquer à la magnifique Amanda Peet qui ne possède bien évidemment pas un rôle qui lui convient (mère au foyer, personnage secondaire qui n'a pas de relief). Seul Jason Bateman ultra desopilant remonte à lui seul la prestation de l'ensemble.
Quant à Zach Braff, il n'est certes pas mauvais mais est loin de briller dans cette comédie qui apporte à peine sourire, ou quelconque rictus. Bon le casting par contre en met plein la vue, puisque outre les trois têtes sur l'affiche, on retrouve Donal Logue (Parents à tout prix) qui en baba-cool chef d'entreprise est plutôt bon :).
J'ai eu attendu énormément de ce film, puis au fur et à mesure que j'en connaissait d'avantage mes espérances diminuaient jusqu'à ne plus rien attendre, et donc ce n'est pas une déception, c'est simplement une nouvelle preuve que la nouvelle coqueluche juive d'Hollywood réalise de mauvais choix (en tant qu'acteur).

On ne s'ennuie pas, certes, mais alors il y a eu tellement mieux dans le genre...



MP3 Selection #11 (The Teenagers, Eels, Jenny Owen Youngs)

La fille ici à gauche à l'allure de 'Party Girl', c'est Jenny Owen Youngs. Agée de 25 ans, elle est à l'origine d'un album de 13 titres un peu déséquilibrés; mais quelques titres méritent tout de même le détour, c'est pourquoi j'ai pioché Fuck I Was. (inclus dans Weeds saison 2)
Ensuite j'ai voulu faire partager Eels pour faire découvrir ce chanteur suicidaire sur les bord.
Et enfin chaudement recommendé par Ptrck que je remercie beaucoup pour les chansons qu'il m'a envoyé. Ainsi il s'agit de The Teenagers qui ont écrit sur le bal de promo avec véracité, et surtout beaucoup d'humour.

MP3:
- The Teenagers - Homecoming
- Eels - Not Ready Yet
- Jenny Owen Youngs - Fuck I Was



Sitemap