ld6f0b5915d9125dc2d09bdlp7 J'admire de plus en plus William Fitzsimmons après chaque écoute.
Une merveille de douceur dont il est l'unique auteur !

Il faut savoir qu'il a sorti un précédent album intitulé Until When We Are Ghosts en 2005 qui contient un titre tout à fait magique: Passion Play.

William Fitzsimmons s'excuse et explique son habilité pour le multi-instrumentalisme par le fait qu'il est né de deux parents aveugles. Moi j'appelle ça du talent... Sachez que la liste d'instruments avec lesquels le chanteur de Jacksonville excelle est longue, alors il y a la classique guitare acoustique (inhérente au folk), la guitare électrique, le banjo, la mandoline, le mignon ukulele (de plus en plus à la mode).
Ouf ! Et bien nan ce n'est pas terminé parce que derrière ce visage de hippie bucheron le bougre nous cache bien d'autres talents. Il va donc aller titiller l'électro en l'intégrant à son folk de façon discrète mais redondante.
Et pour achever, William est derrière la production de son propre CD et est son propre ingénieur du son...

C'est pourquoi j'adore cet album parce qu'il est à tout les échelons, son univers ne subit pas de discontinuité, on peut juste, si on tend bien l'oreille, entendre la douce voix de Ingrid Michaelson.

Pas de titres préférés, pas de mauvais titres ! HIGHLY RECOMMENDED

LIENS:
http://myspace.com/williamfitzsimmons

MP3:
Please Don't Go

ALBUM:
Ici



Post Scriptum: Le nouvel album de Tristan Prettyman est un petit bof. M'enfin, c'est mon avis de première écoute.