Pirates des Caraibes le secret du coffre maudit.

Synopsis:
Dans ce nouvel opus de l'aventure Pirates des Caraïbes, le toujours aussi excentrique pirate Jack Sparrow est confronté subitement à son passé. Treize ans auparavant, Jack signait un pacte avec Davey Jones, le maître des sept mers, dont l'esprit maléfique n'a d'égal que son apparence tentaculaire. En échange de son âme, ce dernier lui promettait le commandement du mythique Black Pearl...
Aujourd'hui, Jones vient donc récupérer sa dette. Mais donner son âme à Jones est sans issue, il n'y a pas de rédemption possible, c'est devenir comme tous les membres de son équipage maudit, un fantôme au physique aussi repoussant que terrifiant. Pour éviter ce sort funeste auquel Jack ne tient pas vraiment, il n'a qu'une solution : retrouver le coffre maudit de Jones où sont cachés les âmes emprisonnées...

Critique:
Quelle déception ce Pirate des Caraibes 2, que ce soit sur le plan des acteurs avec Orlando Blum inutile dans le rôle du parfait boyscout, je parle même pas de Keira qui joue mais sublimement mal j'ai jamais vu ca, néanmoins on peut compter sur Johnny Depp qui relève bien le niveau (même s'il y avait pas de mal)...
Par contre, j'aime assez le côté immoral du personnage de Johnny qui n'hésite pas à offrir le boyscout en cadeau...

On reste dans du walt disney avec un fin WOW que je suis étonné !
Franchement déjà qu'au première j'avais moyennement accroché mais je pouvais lui accepter certaines originalités mais alors celui-ci avec ses 2h30 devient ennuyeux surtout au moment du combat sur la roue.
Voilà, déçu même si je ne m'attendais pas à un grand film.
Vous vous rendez compte à quel point un mauvais film peut engranger une sacrément mauvaise critique.

Conclusion:
Sans être aussi méchant que la critique elle même, la conclusion va être plus objectif en acceptant que le film plaise au petit, ou alors au grand durant la première heure, mais ensuite le film s'épuise inévitablement et on tombe dans une course poursuite où les acteurs s'entrecroisent. Tout ca est bien brouillon malheureusement, l'univers est plaisant, les paysages paradisiaques mais les scénaristes n'ont pas su raviver la flamme du premier opus.
Décidement ce "Secret du Coffre Maudit" ne nous donne envie que de le pirater...



Benchwarmers : Ca chauffe sur le banc

Synopsis:
Lors des matchs de baseball de leur enfance, Gus, Richie et Clark jouaient plus souvent qu'autrement sur le banc, étant jugés trop chétifs et pas assez doués par leur entraîneur. Un jour, sur un terrain de jeu, Gus et Clark se portent à la défense du petit Nelson, pris pour cible par une bande de durs. Reconnaissant, le père milliardaire de l'enfant propose aux trois potes de financer un tournoi au cours duquel ils affronteront, en trio, des équipes formées de jeunes fiers-à-bras, histoire de redonner espoir à Nelson et à tous les enfants peu athlétiques condamnés à moisir sur le banc. Et pour entraîner ses trois poulains, Mel engage nul autre que Reggie Jackson, l'ex-star des Yankees de New York.

Critique:
Une des seules raisons pour laquelle, j'ai regarde, c'était la présence de John Heder (Napoleon Dynamite, Et si c'était vrai.) dans le casting et il est vrai que j'ai été déçu par son rôle, une fois de plus il joue un excentrique, un peu débile, qu'est-ce que j'aimerais le voir dans un autre registre. Mais quoi qu'il en soit, le film en lui même n'était pas insupportable. Bon par contre on est bel et bien dans une comédie de seconde zone, avec les principes américains et une pseudo moral.
Mais outre celà, il y a quelques bonnes idées de blagues qui font quelques fois rires :) et oui j'ai rigolé durant le film par son humour lourd et sans véritable intelligence !
Enfin voilà, un film qui n'est pas spécialement à louper, mais que je déconseille vu toutes les autres comédies de meilleurs qualités !

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Petite comédie sans prétention qui arrive néanmoins à ses fins puisqu'elle est arrivé à me soutirer des sourires et deux ou trois rires !



La Colline a des yeux (The Hills have eyes)

Synopsis:
Pour fêter leur anniversaire de mariage, Big Bob Carter, un ancien policier de Cleveland, et sa femme Ethel ont demandé à leur famille de partir avec eux en Californie. Big Bob est sûr que faire la route tous ensemble les aidera à resserrer des liens familiaux un peu distendus.
Même si tout le monde vient, personne n'est vraiment ravi d'être là. Lynn, la fille aînée, s'inquiète du confort de son bébé. Son mari, Doug, redoute de passer trop de temps près de son beau-père. La jeune Brenda regrette de ne pas être allée faire la fête à Cancun avec ses amis. Et Bobby ne s'intéresse qu'aux deux chiens de la famille.
Une route désertique va conduire les Carter vers le pire des cauchemars...

Critique:
J'ai jamais été grand fan de film d'horreur, le dernier que j'ai du voir devait être La maison de Cire avec Elisha Cuthbert et donc vous comprenez la raison pour lequel je l'ai regardé...
Mais alors celui-ci ne m'emballait pas des masses que se soit au niveau du scénario ou du casting totalement inconnu. Et il faut dire que La Colline a des yeux a en gros le même principe que le film avec Elisha Cuthbert, c'est donc une succession de massacre gore à souhait avec un suspens très peu entretenu. En effet; la tension n'est pas pesante, l'atmosphère n'est pas trop lourde et c'est donc sur le sang ou encore les monstres que le film peut alors faire peur. Mais il est vrai que ce côté bien gore, me plait assez, le rendu du sang ou des blessures font plus que réelles.
Mais là n'est pas son unique point fort, il réside dans la réalisation qui laisse passif, et permet ainsi d'être placé en victime, d'autant plus que le scénario se dote d'une véritable originalité. En effet les "méchants" ne sont alors plus invinsibles ou mysterieux mais le rôle change au fil de la bobine, et c'est donc avec grand jubilation que l'on observe les monstres être pris à leur propre jeux.

Conclusion:
Remake réussit pour Alexandre Aja qui reprend le film du même nom de Wes Craven. Voilà s'il y a bien un film gore à voir en ce moment c'est surment celui-ci. Bon, simple, et surtout efficace !



Click : télécommandez votre vie (Kate Beckinsale; Adam Sandler)

Synopsis:
Un jeune publicitaire découvre une télécommande un peu spéciale. Il s'aperçoit en effet que celle-ci a le pouvoir de le faire avancer ou remonter dans le temps comme il le souhaite. Mais les bénéfices de ce pouvoir vont vite se transformer en cauchemar, lorsque ladite télécommande décide de rejeter ses choix.

Critique:
Et bien pas trop mal, cette petite comédie dramatique. Je m'attendais à une comédie à la Jim Carrey sans grand intêret et plutôt ennuyeux, mais je me suis retrouvé devant une assez bonne réflexion sur l'importance de chacuns des moments de la vie. Disons que le film commence timidement avec un humour maladroit bien que quelques fois marrant. Mais le film prend assez vite la direction du drame, en retourner comme chacun de nous l'aurait prédit la télécommande contre le héro... Mais il ne s'agit alors plus d'une comédie avec de la malchance qui arrive au héro, mais avec un drame et le réalisateur arrive même à nous émouvoir, ce qui parait étonnant puisque rien que la tête d'Adam Sandler ne me revient pas du tout... Quoi que, Kate Beckinsale est à croquer, véritablement mignone et sexy à souhait. De plus on peut admirer la présence de David Hasselhoff qui participe au comique.
On pourrait aussi parler un peu de la bande son qui est bien utilisé avec une chanson émouvante à l'américaine à la fin et des musiques plus rocks, plus rythmé lors des scènes d'introductions avec le comique.
Mais je dois dire que le point fort du film est tout de même le scénario qui aurait pu être parfait s'il n'avait pas choisi la happy end à la fin qui gache forcément une première fin, émouvante, astucieuse, et hollywoodienne, la véritable fin l'étant encore plus ! Mais bon outre celà, on aprécie le film par son rythme, et ses quelques gags bien placés.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Donc, bon film qui cartonne au états unis avec déjà plus de 100M de dollards de recette. La sortie en france est prévue pour le 13 Septembre, je ne sias pas comment le publique français va percevoir se film, mais il serait bon qu'il soit perçu avec les compliments qu'il faut, mais avec les reproches qu'il l'empêche d'être un très bon film... Dommage que les conventions d'Hollywood passent par là !



Lucky Number Slevin

Synopsis:
La vie n'est pas tendre avec Slevin. En quelques jours, ce jeune homme a perdu son appartement, découvert que sa petite amie le trompait, et s'est fait voler ses papiers. Décidé à souffler un peu, Slevin s'envole vers New York, où il va habiter quelque temps l'appartement d'un copain, Nick Fisher. La poisse ne va pas le lâcher pour autant, bien au contraire...
Le milieu new-yorkais est en ébullition. Deux de ses plus grands parrains, le Rabbin et le Boss, se livrent une guerre sans pitié. Autrefois complices, ils sont devenus les pires ennemis. Pour venger l'assassinat de son fils, le Boss est décidé à faire tuer celui du Rabbin. Il a chargé Goodkat de l'affaire. Celui-ci a un plan très simple : trouver quelqu'un qui doit énormément d'argent au Boss et l'obliger à exécuter la besogne en échange d'une annulation de dette. Le candidat idéal est... Nick Fisher...

Critique:
On est tout simplement devant un thriller très bien ficelé, tenu en allène par au premier abord une légèreté apréciable qui nous soutir quelques sourires d'autant plus que le scénario et les dialogues sont bien écrit, bien pensé, enfin tout simplement bien !
Quant au casting il est de haut de gamme avec tout d'abord Josh Hartnett plus beau que jamais qui malgré son aire de minet, arrive à tenir sur ses petites épaules un rôle qui semble dure à interpreter. Mais le plus surprenant c'est bien Bruce Willis qui, lui prend un rôle atypique, très posé, très froid. Et Bruce arrive magiquement à ne laisser transparaitre aucune émotion, chapeau. Ensuite on voit la jolie Lucy Liu, plutôt mignone dans ce film, son rôle de fille très extravertie lui va très bien.
Mais le film ne baisse jamais en qualité au cours des minutes, bien au contraire la fni est magique. Fini la légèreté, on est dans le thriller pure et dure, le film devient mistérieux, pour laisser place coup de théâtre efficace.
Mais étonnement le film se paye même le luxe de mettre en scène une histoire d'amour crédible !

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Ainsi ce film de Paul McGuigan ressemble étrangement à un Guy Richie, avec notamment une fin où tout se déballe un peu à l'image d'un Usual Suspect. La comparaison n'est pas superflux et tout à fait justifier pour un film qui est l'un des tous meilleurs de cette année.



Shes the man (L'homme, c'est elle)

Synopsis:
Une adolescente profite de l'absence de son frère jumeau et se déguise en garçon pour s'infiltrer dans l'équipe scolaire de soccer. Les défis sportifs et sentimentaux dans le campus se compliquent quand le frère rentre plus tôt que prévu.

Critique:
Rien de bien intéressant, disons que le film est centré complet sur Amanda Bynes qui réalise un prestation digne d'un teen movie. On aprécie ou non ce genre de film, mais quoi qu'il en soit chacun de ces films prépubères pour adolescentes en quête d'amour commence à être ininteressant !
Je colle une petite phrase en plein milieu pour savoir qui d'entre vous tous lis, un minimum mon blog :) je sais que je suis pas énormement lu mais j'aimerais bien savoir qui le lit et pour vérifier laisser moi juste un tout ptit commentaire ici et je saurais que vous l'aurez lu !
Donc voilà on voit très nettement que Amanda Bynes prend la place de Lindsay Lohan avec ce type de film qui devrait plaire au mec car met en scène une jolie fille mais qui trouve la majorité de son public chez les filles... Mais après on peut que souligner la bowwwté d'Amanda qui à défaut de faire rire; fait au moins sourir sur certains scketch.

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Et de un, et de un de plus de teen movie qui n'apporte rien au genre ! ca peut plaire, je le répète mais alors moi j'ai tout de même connu bien mieux, surtout que le foot est stéréotypé au possible et c'est insupportable :d ! Mais on fermera les yeux pour les beaux d'Amanda...



Hooligans (Elijah Wood)

Synopsis:
Renvoyé de la prestigieuse université de Harvard pour un délit qu'il n'a pas commis, Matt Buckner part se faire oublier chez sa soeur en Angleterre. Là-bas, il découvre la fièvre qu'engendre le football, et surtout les groupes de supporters qui défendent l'image et la réputation de leur club comme une religion.
Sensible à l'esprit de camaraderie et à cette volonté d'absolu, Matt se laisse entraîner, mais prend aussi peu à peu conscience des coulisses d'un sport dont les joueurs sont les seigneurs et les fans les mercenaires... Ces cercles très fermés sont prêts à tout pour renforcer leur réputation et asseoir leur suprématie. La compétition ne se déroule pas que sur les stades, et entre ces groupes extrêmes, il n'y a jamais d'arbitre.
Face à sa conscience et son passé qui le rattrape, Matt va devoir choisir ses règles du jeu...

Critique:
Le film est à la fois décevant mais aussi très apréciable. On peut donc diviser le film en deux. Mais ce qui importe maintenant tout de suite à l'instant c'est le casting qui est fabuleux, déjà puisque l'on a une fille au commande ce qui est plutôt rare dans ce genre de film. Les filles préférants réalisées des films plus romantiques ou plus humoristique, là on est en pleines actions et il faut dire que sa réalisation survitaminée est interressante, d'autant plus qu'elle n'est pas forcement stressante au contraire de Mickael Bay dans The Island. Le casting plus précisement regroupe des stars d'Hollywood avec le très bon Elijah Wood (Seigneur des anneaux, Eternal Sunshine of The Spoltness Mind que du bon...); et ma petite Claire Forlani (Rencontre avec Joe Black) mais le reste du casting est certes moins connu mais est tout aussi talentueux avec notamment ces petits anglais qui surplombent leurs rôles avec Charlie Hunnam en très bon leader carismatique etc etc !
Donc la première partie du film qui est la scène d'exposition plait inévitablement, le film s'avère rythmé, interessant on est obligé de se prendre de sympathie pour les héros et mêmes les premières bastons sont un véritable plaisir...
Mais malheureusement ce bonheur ne dure que 1h puis le film change completement et laisse tomber les bonnes idées, pour se lancer dans des clichés plus gros que moi ! Alors déjà, les Hooligans sont trop gentils; mais ce qui trouble le plus c'est ce pseudo héroisme qui ne passe pas !
Heureusement le film évite la Happy-End mais avec cet deuxième partie, le film manque d'être un très très bon film et ne reste alors qu'une production hollywoodienne qui a de la personnalité. Dommage car le début m'avait tellement plu !

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
La réalisation surexitée me plait, la féminité du film ne se ressent véritablement que dans le scénario qui est trop improbable, trop gros, trop romanesque... Vraiment le film plait au premier abord, on est entrainé dans ce monde qui est nouveau pour la plupart d'entre nous, et on se plait dedans, dans cette fraternité, mais le film chutte sur la fin à cause de trop gros clichés !
Dommage, mais néanmoins il se classe pas trop mal dans le top des films de 2006 :)



American Dreamz

Synopsis:
L'émission American Dreamz rassemble des centaines de millions de téléspectateurs avides de voir s'affronter de jeunes chanteurs pop en quête de gloire. Mais le présentateur Martin Tweed veut faire encore mieux - plus démago, plus trashy, plus vachard, en un mot, plus "réel".
Une campagne de recrutement livre son lot de candidats hors normes. La formule séduit plus que jamais et les sondages atteignent de nouveaux sommets. C'est alors que l'ambitieux "Tweedy" a l'idée de génie d'inviter... l'hôte de la Maison Blanche à arbitrer la finale. Réfugié dans ses appartements privés, le Président Staton a désespérément besoin de regagner la confiance du peuple. Et quel meilleur tremplin qu'American Dreamz, la seule émission de télé-réalité capable de faire d'un nul une star ?
Tweed anticipe déjà une finale explosive. Elle le sera à plus d'un titre...

Critique:
Avant tout, le film plait incontestablement sur le papier. On peut ainsi voir que déjà au commande on a: Paul Weitz le père du premier des Américan Pie très réussit et surtout de l'excellent En Bonne Compagnie que je recommande à tout le monde... Mais les surprises ne s'arrête pas là puisque l'on peut dénombrer un plaitor d'acteur connu, avec au premier plan Hugh Grant, ou Dennis Quaid (Day afeter tomorrow et En Bonne Compagnie), Willem Dafoe (Spiderman, Inside Man) et Mandy Moore !
Mais le film ne repose pas uniquement sur un casting affolant, mais sur le scénario assez bien fait, puisque très satyrique il sait à la fois faire réflechir mais aussi rire ! Ainsi toute la société américaine y passe du Président, au classe moyenne jusqu'à la télé-réalité. J'ai bien aprécié bien que quelques fois ce soit assez maladroit dans la réalisation ou dans la satyre qui parait trop subtile :) ! Ca change de Américan Pie ! non mais sérieusement on arrive pas bien à dicerner où il veut en venir.
Ensuite les acteurs sont bon, surtout Hugh Grant dans son rôle du présentateur mal aimé; mais la plus étonnante est Mandy Moore que je n'avias jamais vu sur le grand écran et qui fait bonne impression avec sa petite frimousse...

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Conclusion:
Je n'arrive pas à décrocher grand chose du film, ce qui signifie qu'il n'est pas super bon, mais qu'à la fois il n'est pas mauvais. Donc je dirais simplement qu'il vaut le coup pour le casting, mais on préférera largement In Good Compagny du même réalisateur avec Topher Grace :)



The Matador - même les tueurs ont besoin d'amis

Synopsis:
Julian Noble est un tueur à gages cynique et alcoolique sur le retour. Seul à Mexico, le soir de son anniversaire, il accoste Danny Wright, un homme d'affaire timide et maladroit et décide... d'en faire son meilleur ami !
Mais pour Danny Wright, comment se débarrasser d'un "ami" aussi encombrant ?

Screens:
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
Free Image Hosting at www.ImageShack.us

Critique:
Voilà fini le "baccalaureat général" série scientifique, identifiant: M006785573 ;) etc etc ! oulo j'ai subit un lavage du cerveau complet ! Bon donc me revoilà dans la course au visionnage, mais je sens que j'ai plus le rythme, plus le physique pour le rythme d'antan !
Je n'ai plus d'yeux que pour les comédies car me divertissent alors que je suis conscient que les films inoubliables ceux qui m'ont choqué, ceux qui m'ont apporté quelques chose c'étaient des drames !
Hier, c'était une comédie, même si elle se voulait un peu dramatique, il n'y avait rien de celà, mais le film était plutôt plaisant et m'a apporté le divertissement qu'il me fallait :) !
Depuis qu'il a été remercié des 007, Brosnan n'a jamais eu de rôle grandissime, mais tous lui collaient assez bien à la peau, et celui-ci n'échappe pas au théorème, c'est donc très bon qu'il nous entraine dans son antre, une comédie, drôle, humaine.
Outre les acteurs bons, on a un film qui évite les rebondissements prévisibles et essaye de se jouer de nous, ce qui marche quelques-fois mais pas à tous les coups (on est pas des pigeons) ! mais très vite, mes cheveux me passent devant les yeux, et m'interressent plus que le film, ca c'est un preuve que le film perd de son souffle, mais il sait se revitaliser, et je me replonge de ce film, sans prétention mais qui sait être dynamique, et filmé d'une manière très posé, et très amusante !

Conclusion:
Bronsnan est en train de se refaire une nouvelle peau, en jouant avec son rôle de vieux beau-goss vieillissant et sûr de lui. S'ennuit s'avère à la fin, presqu'impossible mais on ne peut pas dire qu'il restera graver dans la mémoire bien qu'il soit divertissant !



X-Men l'affrontement final (Xmen 3)

Synopsis:
Dans le chapitre final de la trilogie X-Men, les mutants affrontent un choix historique et leur plus grand combat... Un "traitement" leur permet désormais d'échapper à ce qu'ils sont. Pour la première fois, ils ont le choix : conserver ce qui fait leur caractère unique mais leur vaut la défiance et la méfiance de l'humanité, ou bien abandonner leurs pouvoirs et devenir des humains à part entière.
Les points de vue opposés des leaders des mutants, Charles Xavier, qui prêche la tolérance, et Magneto, qui croit à la survie des plus adaptés, sont plus que jamais incompatibles et vont déclencher la plus acharnée des batailles.

Critique:
J'attendais énormement de cette fin, les deux premiers ayant été sous la direction de Bryan Singer le résultat était bon, même très bon pour le deuxième. C'est vrai qu'on avait aprécié cet univers, un peu destabilisant, mais très proche, très probable, avec une intimité entre les ennemis. Et c'est cette intimité que l'on recent une nouvelle fois dans le troisième assez bien exploitée à vrai dire, cela donne une autre dimension au mutant qui s'humanise !
A par ca c'est vrai que le film pêche trop, rempli de stéréotype, il essaye de creer du pathos trop pas réussit, néanmoins Brett Ratner bouge la bienséance en hésitant pas à tuer les mutants, ou alors des humains ceux là étant plus ou moins épargné dans les deux premiers.
J'attendais beaucoup du troisième au niveau psychologique, avec une nouvelle dimension que devait amener Jean mais elle rentre dans le moule et malgré une volonté de la mettre à part, elle n'en reste pas moins manipulable, et c'est stressant !
Après les acteurs sont assez mauvais, seul point positif pour Ian McKellen (Magneto) qui tient assez bien son rôle de méchant humanisé ! De plus, Halle Berry aurait du continuer la figuration plutôt que de prendre un des rôles principales qui lui va si mal ! Famke Janssen a quelques rictus apréciables...

Conclusion:
Forcement décu du faite que le film est au service des effets spéciaux et non le contraire, la dimension psychologique est pas assez exploité, tout comme le combat final qui n'est rien d'autre que du bruit... Motion spécial pour le réalisateur qui a choisi de montrer un mutant totalement en dehors du combat, totalement seul, et c'est vrai que c'est assez apréciable de montrer que tous les mutants ne sont pas forcement impliqués.
A la fin on a l'annonce d'un nouveau X-men, j'attends et je vous tiens au courant !



Sitemap